Cannabis médical : lancement de l’expérimentation

3
2536
Cannabis-therapeutique-lancement-experimentation
Le médicament se présente sous forme de fleurs séchées à inhaler par vaporisation, de gélules ou encore d’huiles. ©Adobe-Stock

Près de six mois après la publication du décret autorisant l’usage expérimental du cannabis thérapeutique en France, une première prescription a été délivrée à un patient le 26 mars au CHU de Clermont-Ferrand. Quel est l’objectif de cette expérimentation qui devrait concerner 3 000 patients au total ? Quels malades sont concernés ? Quels sont les bénéfices de ce traitement ? On fait le point.

Recueillir des données sur la sécurité et l’efficacité du cannabis thérapeutique

« Cette expérimentation vise à recueillir les premières données françaises sur l’efficacité et la sécurité du cannabis à des fins thérapeutiques. Ainsi qu’à préparer les circuits de sa mise à disposition à terme », explique le ministère de la Santé dans un communiqué. 215 centres hospitaliers volontaires devraient y participer.

Le cannabis thérapeutique sera autorisé dans cinq indications. Il s’agit des douleurs neuropathiques « réfractaires aux traitements accessibles », de certaines formes d’épilepsie sévères et résistantes aux médicaments, de certains symptômes rebelles en oncologie, de certaines situations palliatives et de la spasticité douloureuse accompagnant certaines maladies du système nerveux central.

A lire aussi : Une « station météo » pour anticiper les crises d’épilepsie

Sa prescription interviendra toujours en « dernière ligne ». C’est-à-dire seulement en cas d’échec des autres traitements existants. A noter que les patients atteints de psychose, de schizophrénie ou de maladies cardiovasculaires ne sont pas éligibles. Enfin, le cannabis à usage médical sera « contre-indiqué chez les femmes enceintes et allaitantes », ajoute le ministère de la Santé.  

Inhalation par vaporisation et formes orales

Dans ce protocole, on s’en doute, pas de cannabis à fumer. Le médicament se présente sous forme de fleurs séchées à inhaler par vaporisation, de gélules ou encore d’huiles, précise de son côté l’Agence nationale du médicament (ANSM).

Deux principales molécules composent les fleurs de cannabis : le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). La première est la substance psychoactive. Elle a des effets anti-inflammatoires, antalgiques (antidouleur) et antiépileptiques.

Elle serait également efficace contre les nausées et les contractures musculaires. Le CBD, lui, possède des vertus sédatives et relaxantes.

En savoir plus :

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici