Dépakine : Sanofi jugé responsable d’un manque d’information

0
2259
Dépakine : Sanofi jugé responsable d'un manque de vigilance et d'information
Le laboratoire Sanofi est reconnu responsable du manque d'informations vis à vis des risques liés au traitement Dépakine contre l'épilepsie. © Adobe stock

La Dépakine est responsable de malformations et  de retards de développement chez l’enfant quand il est pris pendant la grossesse. Le tribunal judiciaire de Paris vient de juger que le groupe Sanofi avait bien «commis une faute en manquant à son obligation de vigilance et à son obligation d’information».

Entre 19.000 et 30.000 enfants victimes

Le tribunal judiciaire de Paris a jugé, mercredi 5 janvier, que le groupe Sanofi avait «commis une faute en manquant à son obligation de vigilance et à son obligation d’information». Ce manque d’information concerne les risques du médicament Dépakine, à  base de valproate de sodium. La Dépakine est responsable de malformations chez 2 150 à 4 100 enfants et de troubles neurodéveloppementaux chez 16 600 à 30 400 enfants. Ce sont les estimations de l’Assurance maladie et de l’Agence du médicament (ANSM).

Action de groupe contre Sanofi

Le tribunal de Paris a également estimé «recevable» l’action de groupe présentée par l’association de victimes de la Dépakine contre le laboratoire. Cette action de groupe est  la première dans le secteur de la santé. Elle est lancée depuis mai 2017 par l’Association d’aide aux parents d’enfants souffrant du syndrome de l’anti-convulsivant (Apesac).

En savoir plus sur le site de l’Apesac

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici