Endométriose : une pétition adressée au ministre de la Santé

1
762
Endométriose : une pétition adressée au ministre de la Santé

L’association de lutte contre l’endométriose, ENDOmind France, milite pour que la maladie soit intégrée à la liste des affections de longue durée (ALD). L’association a lancé une pétition sur la plateforme change.org. Une pétition qu’elle adressera au ministre de la Santé pour faire bouger les choses.  

Une femme sur dix touchée

Reconnaitre l’endométriose, c’est ce que demande l’association ENDOMind. Une femme sur dix en âge de procréer est touchée par cette maladie. Le diagnostic est encore long et la prise en charge chaotique. En l’absence de traitement définitif, ENDOmind estime qu’inscrire l’endométriose dans la liste des ALD 30 sera «une véritable reconnaissance institutionnelle» afin de donner de la visibilité à la maladie.
Aujourd’hui, 30 maladies chroniques sont inscrites sur la liste des ALD comme le diabète, la sclérose en plaques ou les maladies cardiovasculaires. L’ALD permet l’exonération du ticket modérateur. Les soins de santé sont entièrement pris en charge par la Sécurité sociale, sans avance des frais.

Pétition ici

Une maladie évolutive, invisible
et handicapante

L’endométriose se caractérise par la présence de tissu semblable à l’endomètre en dehors de la cavité utérine. Ces tissus se développent sur le vagin, les trompes, le rectum, la vessie ou les intestins par exemple. Ces foyers d’endométriose réagissent alors comme l’endomètre à chaque cycle menstruel. Ils s’épaississent et saignent. Or, ces saignements ne peuvent pas être évacués par les voies naturelles lors des règles ce qui engendre des lésions, des nodules ou des kystes, douloureux.

ENDOMind rappelle que l’endométriosse est «une maladie chronique, évolutive, invisible et souvent handicapante». En ajoutant : «80% des personnes concernées […] ressentent une limitation dans leurs tâches quotidiennes, et 40% d’entre elles […] rencontrent des problèmes de fertilité».

Source : communiqué de presse d’ENDOmind

A lire. Endométriose : un lourd impact sur le travail des femmes.

1 COMMENTAIRE

  1. Oui, je me mobilise car j’ai une endométriose qui n’a pas été détectée à temps et du coup s’est aggravée. J’ai une forme rare : un nodule dans un muscle, le psoas. Les médecins spécialistes en restent pantois. J’étais danseuse et chorégraphe donc autant dire que j’ai dû arrêter mon travail direct. Mais pour l’instant, je ne peux pas reprendre un autre travail bien que j’ai pleins d’idées et d’envies de reconversion, car la douleur quotidienne m’empêche de me concentrer plus d’une heure sur quoique ce soit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici