Dépression : l’état de votre flore intestinale peut-être en cause

1
1836
Avoir de terribles maux d'estomac. Une jeune femme tenant les mains sur le ventre et gardant les yeux fermés en position couchée dans son lit
Feeling awful stomachache. Frustrated young woman holding hands on stomach and keeping eyes closed while lying in bed

Vous avez trop mangé pendant les fêtes ? Attention à l’état de vos intestins ! En effet, des chercheurs français ont montré qu’un déséquilibre de la flore intestinale favorise l’état dépressif. 

Des troubles de l’humeur corrigés

 Les bactéries intestinales ne jouent pas seulement sur la digestion. Elles influenceraient aussi l’activité cérébrale et l’humeur. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, de l’Inserm et du CNRS démontrent qu’une modification du microbiote chez des souris peut être à l’origine d’un état dépressif. Elle provoque notamment un effondrement de cannabinoïdes endogènes dans le sang et au niveau cérébral.

L’étude publiée dans Nature Communications prouve que les troubles de l’humeur de ces rongeurs peuvent être corrigés. Pour cela, il faut leur apporter les bactéries manquant à leur flore intestinale. L’analyse des liens entre anomalies du microbiote intestinal et troubles neuropsychiatriques est en plein essor depuis quelques années. Ainsi en 2016, des scientifiques irlandais ont réussi à induire des états dépressifs chez des rats en transplantant des microbiotes fécales provenant d’humains souffrant de ce trouble de l’humeur.

Des probiotiques comme antidépresseurs

Les chercheurs ont eu recours à un modèle de stress chronique chez les souris : leur cage est inondée. Les souris dépressives adoptent alors un comportement d’abandon ou de résignation lors de tests. Les chercheurs révèlent que « de façon surprenante, le simple transfert du microbiote d’un animal présentant des troubles d’humeur à un animal en bonne santé suffit à induire des modifications biochimiques, et conférer des comportements synonymes d’un état dépressif chez ce dernier ». 

« Cette découverte démontre comment le microbiote intestinal contribue au fonctionnement normal du cerveau », explique Gérard Eberl, co-auteur de l’étude. Il s’agit d’une piste motivante pour trouver des remèdes contre la dépression. En effet, certains probiotiques pourraient potentiellement agir comme antidépresseurs en rétablissant un équilibre dans la flore intestinale.

Source : Communiqué de presse Inserm, CNRS et Institut Pasteur
À lire : Le spray nasal antidépresseur fait débat

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici