Grossesse : nouvelle alerte de l’ANSM sur les médicaments contre l’acné

0
1253
Alerte-ANSM-Grossesse-acné-isotrétinoïne
Les médicaments à base d'isotrétinoïne pris pendant la grossesse pourraient être à l'origine d'un retard mental et des fonctions motrices chez le futur bébé. © Adobe Stock

En plus des possibles malformations déjà connues sur le fœtus, les médicaments à base d’isotrétionïne présenteraient également des risques de troubles neuro-développementaux de type autistique chez l’enfant à naître.

Un risque de plus de 30 % de malformations

La prise d’isotrétinoïne, cette molécule dérivée de la vitamine A utilisée pour traiter l’acné sévère, est loin d’être anodine. Pendant la grossesse, elle « est associée à un risque de plus de 30% de survenue de malformations (…) chez l’enfant à naître », rappelle l’Agence du médicament (ANSM).

Ces malformations sont particulièrement sévères et handicapantes. Il s’agit notamment d’anomalies du cœur, du visage et du cerveau 🧠. Pourtant, le nombre de grossesses exposées à l’isotrétinoïne concerne encore 175 femmes chaque année.

Retard mental et des fonctions motrices

Mais ce n’est pas tout. Le médicament (Roacutane® et ses génériques) pourrait être aussi responsable de troubles neuro-développementaux non visibles à l’échographie. Il s’agit de retard mental, des fonctions motrices (équilibre, marche), voire même de trouble autistique.

Cette suspicion est issue d’un signalement de cas chez un jeune enfant auprès du réseau national des centres de pharmacovigilance.

Elle est actuellement « en cours d’investigation », précise l’ANSM. Les autorités sanitaires pourraient notamment mener une étude plus complète de pharmaco-épidémiologie.

En cas de grossesse, arrêtez votre traitement 

Quoi qu’il en soit, l’ANSM demande une nouvelle fois aux femmes enceintes de ne pas prendre d’isotrétinoïne.

« En cas de découverte d’une grossesse (…), le traitement doit être immédiatement arrêté, précise-t-elle. La patiente doit être adressée à un médecin spécialiste pour évaluation et conseil. »

Enfin, l’agence rappelle également que les femmes en âge de procréer ne doivent pas prendre ces médicaments. A moins de mettre en place des mesures de contraception efficaces.

Un test de grossesse doit en outre être réalisé avant le traitement, mensuellement pendant toute sa durée, puis un mois après son arrêt.

Source. «Traitement contre l’acné sévère avec isotrétinoïne orale. L’ANSM informe d’un risque potentiel de troubles neuro-développementaux en cas d’exposition pendant la grossesse.» Communiqué de l’ANSM, 18 février 2021.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici