Kinésithérapeute et orthophoniste : bientôt accessibles sans ordonnance

0
853
Kinés et orthophonistes : bientôt accessibles sans ordonnance
L'Assemblée nationale étudie un texte de loi qui propose de rendre l'accès aux kinésithérapeutes direct, sans ordonnance. © Adobe stock

Bientôt un accès direct chez le kinésithérapeute ou chez l’orthophoniste sans passer par son médecin traitant ? Ce dispositif est débattu à l’Assemblée nationale. Alors, comment sera-t-il mis en place ? Et quels sont les avantages pour le patient et les professionnels de santé ?

Améliorer l’accès pour les Français

“Nombre de nos concitoyens rencontrent des difficultés pour accéder aux soins : 10 % n’ont plus de médecin traitant » soulignent les députés dans l’exposé sommaire de l’amendement relatif à l’accès direct aux kinésithérapeutes. Ainsi, les parlementaires estiment que “dans de nombreux territoires, il est donc beaucoup plus difficile d’avoir accès à un médecin qu’à un professionnel paramédical.”

Accès direct à condition que…

L’État autorise les kinésithérapeutes et les orthophonistes à exercer sans ordonnance à condition qu’ils travaillent dans une structure de soins coordonnés. C’est le cas des maisons de santé ou des centres de santé. Néanmoins, la coordination avec le médecin traitant reste essentielle. Le kiné ou l’orthophoniste adressera un bilan initial et un compte rendu des soins réalisés au médecin traitant.

Diminuer les délais de prise en charge

L’accès direct aux soins de kinésithérapie sans ordonnance est une « alternative utilisée par plus de 40 États dans le monde » rappelle le Syndicat national des masseurs kinésithérapeutes rééducateurs (SNMKR) parce que ce syndicat met en valeur les bénéficies pour les professionnels comme pour les patients d’un tel dispositif :

  • Une diminution des dépenses de santé.
  • Une diminution des délais de prise en charge.
  • Un maintien de la qualité des soins.
  • Une amélioration de la satisfaction du patient.
  • Une libération du temps disponible pour les médecins.

 

Source : communiqué de presse du SNMKR 

Lire aussi : Les chutes, un risque majeur d’accidents chez les séniors

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici