La lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à la peine

0
1784
La lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme à la peine
Le nombre de dépistages du VIH dans le monde a fortement baissé à cause de la pandémie. © Adobe stock

Les associations de patients et les médecins avaient déjà constaté l’impact du coronavirus dans les dépistages et la prise en charge des cancers en France. Cette fois, c’est le Fonds mondial qui tire la sonnette d’alarme face à trois maladies : le VIH, la tuberculose et le paludisme. Comment se manifeste cet «impact dévastateur»  sur le terrain ?

Retour en arrière sur les dépistages

La crise sanitaire de la Covid-19 a eu un « impact dévastateur » sur la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose. Un triste constat du Fonds mondial de lutte contre ces maladies dans son rapport annuel daté du 8 septembre. C’est la première fois depuis 2002, date de création de cette fondation, que les services de dépistage et de prévention du VIH observent une baisse. Le nombre de personnes touchées par des programmes de prévention du sida a diminué de 11% en 2020, de 12% auprès des plus jeunes populations.

Conséquences «catastrophiques» dans la lutte contre la tuberculose.

En 2020, le nombre de personnes traitées pour une tuberculose résistante aux médicaments a baissé de 19%. Dans les pays où le Fonds mondial investit, un million de personnes en moins qu’en 2019 a reçu un traitement pour la tuberculose.

C’est quoi le Fonds mondial ?

Le Fonds mondial est une fondation qui fait le lien entre les Etats, la société civile, le secteur privé et les malades. Ses ressources vont pour moitié à la lutte contre le sida et pour moitié au paludisme et la tuberculose. Depuis sa création, en 2002, le Fonds mondial revendique 44 millions de vies sauvées.

Source : Rapport du Fonds mondial du 8 septembre 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici