Le spray nasal antidépresseur fait débat

0
1098
Le spray nasal antidépresseur
Le spray nasal antidépresseur est décrié par la revue Prescrire.

La revue Prescrire alerte sur les effets du Spravato, un spray nasal antidépresseur. Ce dispositif médical est autorisé seulement depuis un an en France. Il est prescrit pour traiter les formes de dépressions dites résistantes. Le hic ? Ses effets secondaires sont plus importants que prévus et il présente un risque d’addiction fort.

Un jeune médicament déjà controversé

Le spray nasal antidépresseur Spravato est un jeune médicament Il a suscité beaucoup d’espoir pour les personnes souffrant d’une forme de dépression dite résistante. Venu des États-Unis, ce dispositif médical n’est autorisé en France que depuis 2019.  Son usage est strictement encadré. Dans une première évaluation datée de juin 2020, la Commission de la transparence de la Haute Autorité de Santé (HAS) a précisé que son administration ne pouvait avoir lieu que dans un cadre hospitalier. La raison de ce recadrage ? Les effets indésirables plus importants que prévus : sédation, étourdissements et hypertension artérielle.

Risque addictif fort

La revue Prescrire mentionne d’autres effets indésirables comme « des syndromes de dissociation observés chez 60 % à 79 % des patients (hallucinations, confusions, distorsions du temps et de l’espace, altérations sensorielles, sensations d’être en dehors de son propre corps) ». Prescrire rappelle également que « le profil d’effets indésirables est un des principaux éléments à prendre en compte dans le choix d’un antidépresseur ».

Autre risque de ce traitement : le risque d’addiction fort et son usage détourné. Le principe actif du spray-nasal, l’eskétamine, est très proche de la kétamine. Celle-ci est un puissant anesthésique, détourné pour ses propriétés stupéfiantes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici