Libido : 61,5% des Françaises ne sont pas satisfaites

0
6937
61,1% de femmes non satisfaites de leur libido
Cela aurait tendance à peser sur le moral © Adobe Stock

Elles trouvent en effet leur libido “trop fluctuante”, “variable”, “faible”, “changeante”, “peu présente”, “cyclique”, voire “inexistante”. C’est ce que montre une nouvelle étude réalisée par la plateforme Emancipées.

Mal-être, rapports sexuels non désirés et mensonge

41 % de femmes aimeraient avoir davantage de libido, selon un sondage de la plateforme Emancipées. A l’origine de cette insatisfaction, mal-être, des rapports sexuels non désirés et mensonge. Ce manque de libido serait selon elles accentué par la fatigue, le stress et le manque de communication avec le partenaire. Quant aux jeunes femmes, elles sont 13% à regretter de ne jamais avoir eu d’orgasme. À l’inverse, 7,6 % des sondées affirment avoir honte de leur libido trop débridée.

À lire aussi : Qu’est-ce qu’un trouble sexuel ?

Sentiment de honte

On y apprend aussi que 41% des sondées affirment avoir déjà eu des rapports sexuels simplement pour faire plaisir à l’autre. 14 % l’ont fait pour se rassurer sexuellement au sujet de leur “normalité”. Elles sont aussi  21% à avouer gonfler les chiffres de la fréquence de leurs rapports sexuels auprès de leurs amis proches. 10% d’entre elles disent se mentir à elles-mêmes. Selon Laurène Sindicic, fondatrice d’Émancipées, ce sondage a été créé pour répondre à ce “sentiment assez récurrent chez les femmes avec qui j’échange au quotidien d’être en décalage avec les chiffres qu’elles croient être la norme”. 

À lire aussi : Les hommes, plus aptes que les femmes à avoir des rapports sexuels sans attirance physique

La libido liée aux phases de cycles menstruels

L’envie sexuelle fluctue avec le cycle menstruel pour 90 % des femmes interrogées. Lors de l’ovulation, 24% ont une excitation plus élevée. Pour 16% d’entre elles, ce phénomène se produit également pendant les règles. Cependant, 14% des Françaises interrogées n’avaient jamais remarqué que les défaillances de libido pouvaient être liées aux phases de leur cycle.

En savoir plus :

Article précédentCe champignon hallucinogène pourrait soigner les conséquences de la dépression
Article suivantCovid-19 : où peut-on voyager cet été ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici