L’IST « mangeuse de chair » observée au Royaume-Uni existe-t-elle vraiment ?

0
4915
L’IST
L'IST mangeuse de chair est très rare en Europe. © Adobe stock.

Les autorités sanitaires britanniques observent une recrudescence de donovanose. Une infection sexuellement transmissible (IST) appelée aussi « mangeuse de chair ». Elle se caractérise par des nodules qui se transforment en plaies ouvertes au niveau des organes génitaux…

Qu’est-ce que l’IST « mangeuse de chair » ?

La donovanose est une IST rare.  Elle est à l’origine de nodules indolores entre 10 et 40 jours après la contamination suite à un rapport sexuel non protégé. Ces nodules se transforment en plaies ouvertes et suintantes dans les zones de contact sexuel : pénis, lèvres vulvaires, vagin ou à anus. Non soignées, les plaies évoluent en ulcères. En s’infectant, ces ulcères s’accompagnent d’une odeur très désagréable. D’où son surnom, « mangeuse de chair ».

Un facteur de risque pour le VIH

«En plus des terribles symptômes, il est important que les gens sachent qu’il s’agit d’un facteur de risque connu pour la transmission du VIH» ajoute le Dr Datta dans les colonnes du journal britannique The Sun. De plus, cette IST est mortelle, la bactérie continuant de se propager aux autres organes et aux os. Le Dr Datta souligne l’importance du préservatif pour prévenir cette IST comme les autres.

Une recrudescence depuis la fin des confinements

Les autorités sanitaires britanniques s’inquiètent du nombre croissant de cas de donovanose. En 2016, 19 cas ont été recensés contre 30 cas en 2019 rapportent les journalistes de The Sun. Une infection peu connue en Europe. Elle est originaire de l’Océanie et du Pacifique : Inde, Australie, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Caraïbes et Brésil.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici