Mort du professeur Axel Kahn, médecin généticien, essayiste et ancien président de la Ligue contre le cancer

0
4229
Mort Axel Kahn

Décédé à l’âge de 76 ans à la suite d’un cancer ce mardi 6 juillet, il avait annoncé publiquement sa maladie en mai dernier. « Je suis en train de parcourir l’itinéraire final de ma vie, Je lutte contre le cancer et il se trouve que la patrouille m’a rattrapé. Moi aussi, j’ai un cancer », avait-il dit alors. De son côté, La Ligue contre le cancer se dit « en deuil ».

La médecine par « élimination« 

« La mort en tant que telle, pour un agnostique comme moi, ça n’est pas plus que la fin de la vie », annonçait Axel Kahn le 23 juin dernier, lors de sa dernière apparition télévisée dans La Grande librairie, sur France 5. Médecin, chercheur à l’Inserm, et président d’université, il se passionnait pour les questions éthiques relatives à la génétique. Concernant la médecine, il l’a choisi « par élimination » dans un premier temps. « Mon choix n’a rien à voir avec la vocation, même si elle est venue après, parce que cela m’a plu », se confie-t-il en février dernier au Monde. 

Un spécialiste des maladies du sang 

Il se spécialise dans le génie génétique et plus particulièrement dans les maladies du sang. Ses travaux sur le cancer du foie, l’expression des gènes, la thérapie génique font l’objet de près de 600 articles dans des revues internationales ainsi que de nombreux ouvrages. De 2002 à 2007, il devient le premier directeur de l’Institut Cochin. Puis, il présidera l’Université Paris-Descartes jusqu’en 2011. C’est là qu’une ombre viendra ternir son parcours si brillant. Il y sera mis en cause par des plaignants dans le scandale du Centre du don des corps. De 2019 à 2021, il préside la Ligue nationale contre le cancer. Axel Kahn sera largement distingué tout au long de sa carrière : chevalier de l’Ordre national du Mérite, officier de la Légion d’honneur, chevalier des Arts et lettres…

« Je suis d’une totale impavidité par rapport à la mort« 

Humaniste engagé à gauche, il est connu pour ses prises de positions éthiques et philosophiques. Il milite notamment pendant la pandémie de Covid-19 en défendant les malades atteints de cancer. Il pointe entre autres les retards de diagnostic et s’indigne contre les « antivax ». Dans sa dernière interview, l’agnostique se confie : « Je suis d’une totale impavidité par rapport à la mort. Elle m’indiffère totalement. D’ailleurs, en gros, elle n’existe pas. La seule chose à laquelle il faille s’entraîner est de vivre le mieux possible, de concentrer les moments où on peut connaître le bonheur, la joie ». 

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici