Pédophilie : une campagne de prévention inédite

0
1356
Campagne-pedophilie

Pour la première fois en France, une campagne d’affichage s’adresse directement aux pédophiles. Elle invite les adultes qui ressentent du désir pour les enfants à appeler un service téléphonique d’orientation et de prévention (Stop) dédié. Objectif : améliorer la prise en charge et éviter le passage à l’acte.

Message choc

« Vous ne voyez qu’elle ? Vous êtes attiré-e par les enfants ? N’allez pas plus loin, un-e professionnel-le peut vous aider : 0 806 23 10 63 ». C’est le message choc de cette campagne lancée récemment. Les affiches ont été créées par le secrétariat d’Etat chargé de l’enfance et des familles. Les Centres ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (Criavs) et France Victimes ont aussi participé.

Cinq régions ont déjà testé le dispositif (Occitanie, Centre-Val de Loire, Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne). Au total, plus de 300 personnes ont joint le numéro confidentiel et non sur-taxé.

Ceux « qui appellent, en grande majorité, sont des personnes qui repèrent qu’elles ont une attirance sexuelle problématique pour les enfants. Elles nous demandent de l’aide », explique la psychiatre Anne-Hélène Moncany, interrogée par France 2.

Orientation vers une prise en charge médicale

Au bout du fil, des professionnels des Criavs écoutent les appelants et les orientent vers des spécialistes. Ces derniers pourront leur proposer une prise en charge adaptée (traitements médicamenteux, psychothérapie) pour les aider à contrôler leurs pulsions.

Cette approche préventive, qui s’adresse aux auteurs potentiels et non pas aux victimes, existe déjà dans d’autres pays. C’est par exemple le cas en Allemagne et au Royaume-Uni. Des campagnes similaires y existent déjà respectivement depuis 15 et 20 ans.

En décembre 2018, l’Allemagne a recensé 10 500 contacts téléphoniques. Ce qui a donné lieu « à 3 700 évaluations et 1 780 offres de thérapie », précisait notamment le Plan de lutte contre les violences faites aux enfants de novembre 2019.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici