Pénuries de médicaments: l’UFC-Que Choisir alerte l’Etat

10
780
Trop de médicaments en pénurie s'inquiète l'UFC-Que choisir

L’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme face aux ruptures de stock de médicaments. En 2020, elle juge que 2.400 médicaments sont ou seront en situation de pénurie ou de forte tension. L’association se fonde sur les données de l’Agence nationale de sécurité du médicament. L’UFC-Que Choisir demande à l’Etat d’agir rapidement.

Les tensions d’approvisionnement de médicaments sont chaque année plus importantes, déplore l’association l’UFC-Que Choisir. Et la crise sanitaire accentue le risque de rupture. Les médicaments en pénurie ou qui risquent de l’être sont dits d’intérêt thérapeutique majeur (MITM). C’est-à-dire «pour lesquels une interruption de traitement peut être susceptible de mettre en jeu le pronostic vital des patients». Une citation qui émane de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), reprise dans l’étude de l’UFC.

Réponses des laboratoires et de l’Etat non satisfaisantes

L’association juge l’engagement des laboratoires pharmaceutiques insuffisant. Leurs solutions étant «rarement à la hauteur des enjeux sanitaires». Ainsi, dans 30% des situations, les industriels renvoient vers un autre médicament, alors que «les substitutions peuvent entraîner des effets secondaires plus importants, ou nécessiter un temps d’adaptation à la nouvelle posologie, particulièrement pour les patients âgés», rappelle l’UFC. De plus, dans près d’un cas sur cinq (18%), les laboratoires «ne proposent tout simplement aucune solution de substitution» en cas de pénurie de médicament.

Du côté des pouvoirs publics, UFC-Que Choisir déplore le manque de sanctions. En 2019, l’ANSM prononça seulement deux sanctions contre les laboratoires pour rupture de stock.

Ce que réclame l’UFC-Que Choisir

  • -des stocks suffisants pour répondre aux besoins des usagers du système de santé pour l’ensemble des médicaments d’intérêt thérapeutique majeur.
  • -le développement d’une production publique de médicaments, à même d’assurer la fabrication continue quand les laboratoires les délaissent.

10 Commentaires

  1. C’est scandaleux cette pénurie de médicaments organisée par les Laboratoires, au détriment de la santé des
    patients et qui peut même provoquer leur décès. L’Etat manque totalement à son devoir de protection de la
    population. Il devrait obliger les laboratoires à fournir les médicaments et les sanctionner très, très sévèrement.
    On ne peut pas jouer impunément avec la santé et la vie des gens. C’est une honte.

  2. Dans les villages autour de Perpignan, le vaccin anti grippe commandé depuis 20 octobre n’arrivera que vers le 10 décembre…..bravo la France, continuons de faire fabriquer tous les médicaments en Asie…toujours l’intérêt et l’argent en premier, peut importe les vies de la population.

    • cette année beaucoup de personnes veulent étre
      vaccinées ,cela fausse les commandes de vaccins prévues à l’avance ,inutile de s’en prendre aux
      labos et aux pharmaciens ,il reste la solution
      Homéopathie ,qui donne de bons résultats.
      voir votre pharmacie

  3. Pour une fois que les Français se vaccine contre la grippe, nous n’allons pas nous plaindre.
    Rappelons que le vaccin anti-grippe protège contre la grippe, pas du SRAS-COV-2 ?
    Les mesures barrières reste la meilleur protection contre les virus .
    La meilleur preuve, le virus de la grastroentérite ne circule plus.

    Maisq toujours pas de vaccin contre la connerie, et le nombrilisme ….

  4. La France incapable de fabriquer des médicaments ou quoi que ce soit , . Les marques sont française mais les pièces sont fabriquées à l’étranger
    Tout vient de chine, même les maladies ! !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici