Perte auditive : un tiers des plus de 50 ans ne sont pas diagnostiqués

0
221
Perte auditive plus de 50 ans

Un tiers des personnes de plus de 50 ans n’a pas conscience de sa perte auditive. Celle-ci est liée au vieillissement naturel du système auditif dans la plupart des cas. C’est ce qu’on appelle la presbyacousie. Si elle n’est pas diagnostiquée ni prise en charge, elle a des répercussions sur le quotidien et accélère le déclin cognitif.

La perte auditive est insidieuse car elle est très progressive : c’est ce que l’on appelle la presbyacousie,  le vieillissement naturel de l’audition. S’il est aujourd’hui admis de porter des lunettes pour corriger une presbytie à partir de 40/45 ans, peu de Français font contrôler leur ouïe. Pourtant, selon une étude britannique, un tiers des plus de 50 ans est atteint d’une perte auditive sans le savoir. Les scientifiques anglais pointent du doigt la déficience de leur système de santé qui ne diagnostique pas suffisamment tôt les problèmes d’audition. Ils recommandent un examen systématique de l’audition à un âge palier.

En France non plus, il n’y a aucun contrôle de l’audition chez l’adulte. Selon un sondage Ipsos mené en novembre 2019 pour Amplifon, un Français sur dix est concerné par une perte auditive  sans être pris en charge. Pourtant, dans l’Hexagone, le système de santé permet de faire examiner son ouïe lors d’une visite chez son médecin traitant qui pourra orienter, si besoin, vers un médecin ORL pour un bilan approfondi. Car une perte auditive a des répercussions sur le quotidien : repli sur soi, isolement social et, à termes, elle accélère le déclin cognitif. Il a été prouvé qu’une perte auditive augmentait ainsi les risques de développer la maladie d’Alzheimer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici