Pourquoi les chercheurs craignent-ils une terrible épidémie de cancers ?

12
Pourquoi les chercheurs craignent-ils une terrible épidémie de cancers ?
De nombreux essais cliniques sur le cancer ont pris fin à cause de la pandémie, freinant la recherche médicale. © Adobe stock

A cause du Covid-19, la recherche médicale contre le cancer a fortement souffert. Une situation qui touche toute l’Europe. Les scientifiques craignent une explosion de cas de cancers dans les années à venir.

«Fermetures de laboratoires et d’essais cliniques »

«Nous avons observé les effets glaçants qu’a eu la première vague de la pandémie sur les travaux scientifiques avec de nombreuses fermetures de laboratoires et d’essais cliniques», sur le cancer notent les auteurs de la commission The Lancet Oncology.

Épidémie de cancers dans 10 ans

La recherche constitue un des éléments clés de la lutte contre la maladie. «Nous craignons que l’Europe n’aille vers une épidémie de cancer dans la prochaine décennie si les systèmes de santé et la recherche sur le cancer ne deviennent pas rapidement une priorité», s’alarment les auteurs de cette commission.

Pas reçu le traitement dans les temps

La commission oncologique met en avant plusieurs chiffres clés de l’incidence de ce retard dans la recherche médicale:

  • 100 millions de tests de dépistage n’ont pas été réalisés alors qu’il aurait fallu les faire,
  • 1 million de citoyens européens seraient porteurs d’un cancer sans le savoir en raison de la pandémie,
  • 1 malade sur 2 n’aurait pas reçu le traitement nécessaire dans les temps.

La situation géopolitique n’aide pas…

Le contexte géopolitique européen actuel n’aide pas à la coopération de programmes de recherche contre le cancer. En effet, la Russie et l’Ukraine étaient deux grands contributeurs de travaux oncologiques. Leurs essais se sont arrêtés net avec la guerre en Ukraine. D’autre part, le Brexit freine la coopération de projets de recherche entre le Royaume-Uni et le continent.

Dix fois plus de moyens aux Etats-Unis

La commission appelle à augmenter significativement le financement de la recherche contre le cancer. Entre 2010 et 2019, l’investissement était de 26 euros par citoyen au niveau européen. Il est de 234 euros par personne aux Etats-Unis sur la même période.

Source : The lancet.

Aucun article à afficher

12 COMMENTS

  1. C’est du grand n’importe quoi cet article.
    On est en train de vouloir masquer l’explosion de cancers qui est en train de se produire suite aux injections expérimentales.
    On prépare la population et on a besoin d’un coupable pour que la pillule passe….Et ça passe…
    Le vrai problème du cancer c’est déjà la prévention. Si on dépensait tout cet argent à faire de la prévention auprès de la population plutôt que d’inventer de nouveaux médicaments lesquels ne marcheront pas mieux que ceux existant.
    C’est vrai on est tous porteurs de cellules cancéreuses mais la plupart ne se développeront jamais.
    Le plus important est le terrain…c’est à dire le sytème immunitaire. Avec une bonne immunité n’importe quel individu tient en respect les cellules cancéreuses qui ne pourront pas se développer…

    • Vous avez parfaitement résumé la situation. il est prouvé que l’injection a déjà provoqué des cancers foudroyants « inexpliqué » ,alors que des scientifiques ont fait remonter les informations prouvants tout les problèmes de santé, provoqué par injection<;

  2. je suis désolé mais une opinion n’a jamais constitué une vérité même si elle est validée par une autre opinion… Quand à vos preuves à 10 balles, je les attends toujours.

    • la preuve  » a dix balles » c est que aucune autorité de santé n a encore validé l injection en tant que VACCIN ……………???? et que les resultats définitifs sont cachés ou non connus.
      Ca doit vous suffire?

    • il est démontré que depuis les injections de masse, le taux de mortalité a augmenté de 21%, avec des problèmes cardiovasculaires, cancers inexpliqués etc……

  3. Je suis médecin et je suis tout à fait d’accord avec le premier commentaire.
    Ce vaccin et ce virus ont beaucoup perturbé l’immunité.
    C’est un constat lié à mon exercice quotidien de medecin mais un constat sans plaisir que je fais.
    Prenez tous bien votre vitamine d et du zinc.
    Bonne santé à tous

  4. Vous réalisez qu’au début du cirque Corona en 2020, les médecins qui recommandaient la vitamine D et le zinc passait pour des « charlatans »! Et que « Vereux » est allé dire que la vitamine D était dangereuse…! Si ils pouvaient décrocher le soleil ils le feraient… D’ailleurs ils travaillent là dessus mais ce n’est pas le sujet ici…

  5. Peut être que l’explosion de cancers dans 10 ans est dût à toute la m…. qui est en train d’exploser en Ukraine à cause de la guerre..

  6. Mon mari 67 ans , 3 stents sur ses coronaires , son cardiologue déconseille vivement ces piquouses expérimentales ! Et ou est donc la liberté de prescrire et de se soigner quand on voit que concernant la Chloroquine (traitement éprouvé depuis de longues années et longtemps en vente libre en pharmacie), il faut être hospitalisée pour avoir ce traitement ! j’aimerais bien que les « soignants » dénoncent cette aberration , mais ils sont trop contents de profiter de la situation .

  7. heueusement que beaucoup de francais on ouvert les yeux ce medoc est un poison plusieurs amies etaient en remisson de leur cancer et depuis ces injections c est de nouveaus cancers qui de sont declares la recherche elle fait qu oi ? exemple le sida 40 ans qu il st reconnu une ordonnance de tri therapie plus de 500 euros vous croyez qu ils vont se couper de ce gros revenus ?????

  8. La première réalité, ce sont les mesures aberrantes prises contre un virus qui a concerné 2 % de l’activité hospitalière en 2020, mesures qui ont empêché la prise en charge et le suivi de centaines de milliers de malades du cancer. Ces mesures, qui n’ont eu strictement aucun effet sur la contamination, c’est aujourd’hui amplement prouvé, ont en revanche eu des conséquences dramatiques sur le dépistage et le traitement des cancers.
    L’autre réalité, c’est le massacre du système de santé publique français, ayant pour conséquence à nouveau un déficit de dépistage et de suivi des patients atteints de cancers.
    Enfin, tant que les autorités publiques refuseront de communiquer sur les décès et hospitalisations en fonction du statut vaccinal, il sera permis de douter de l’absence de lien entre l’explosion récente des cas de cancers et la vaccination de masse avec un produit toujours en phase d’expérimentation.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Veuillez saisir votre nom ici