Précarité menstruelle : bientôt des protections périodiques gratuites pour les étudiantes

0
1862
Protections-hygieniques-gratuites-pour-les-etudiantes
Jusqu'à présent, les étudiantes ne bénéficiaient d’aucune aide nationale pour acquérir leurs protections périodiques. ©Adobe Stock

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a promis la mise en place de distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans les campus universitaires dès la rentrée de septembre 2021. Cette mesure, attendue de longue date, s’inscrit dans la lutte contre la précarité des jeunes

1 500 points de distribution prévus

« On vise 1 500 distributeurs (…) à la rentrée », a précisé la ministre lors d’une rencontre avec des étudiants à Poitiers la semaine dernière. Ils seront progressivement installés au sein des Crous et des services de santé universitaires dans les prochaines semaines. Les protections distribuées seront en outre « respectueuses de l’environnement ».

https://twitter.com/VidalFrederique/status/1364263757380284420?s=20


Un objectif ambitieux, dont le coût est estimé autour de 15 millions d’euros par an. Jusque-là, les étudiantes ne bénéficiaient d’aucune aide nationale pour acquérir leurs protections hygiéniques.

Un tiers des étudiantes en difficulté

Selon une étude menée par la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), un tiers des étudiantes ont besoin d’un soutien financier pour se procurer des tampons ou des serviettes hygiéniques.

« La dépense moyenne pour les protections uniquement est entre 5 et 10 euros par mois pour 46 % des étudiantes, note la Fage. Et pour la moitié des étudiantes viennent s’ajouter d’autres dépenses (médicaments antidouleurs, achat de sous-vêtements) allant jusqu’à plus de 20 euros par mois. »

Ainsi, 13 % des jeunes femmes interrogées affirment avoir déjà dû choisir entre les protections et un autre objet de nécessité. Une étudiante menstruée sur dix fabriquerait elle-même ses serviettes hygiéniques.

A quand la gratuité pour toutes les femmes ?

La mesure annoncée par Frédérique Vidal soulage de nombreuses jeunes femmes. Mais on est encore loin de la gratuité des protections hygiéniques pour toutes demandée par la Fage.  

Rappelons que l’Ecosse est le premier pays à avoir sauté le pas, en novembre 2020. Ses 23 gouvernements locaux doivent mettre gratuitement à disposition des produits d’hygiène féminins dans les institutions scolaires et les organismes publics.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici