Précarité menstruelle : une campagne sur Instagram devenue virale en quelques heures

1
513
Louise Aubery, alias Mybetterself: youtubeuse engagée contre la précarité menstruelle © Lisa Miquet

Une youtubeuse et une mutuelle solidaire font le buzz sur Instagram depuis mercredi 23 décembre. Cette campagne de sensibilisation vise à aider “les femmes qui doivent choisir, chaque mois entre une boîte de tampons ou manger à leur faim”. La précarité menstruelle concerne 1,7 million d’entre-elles.

Choisir entre les tampons et manger à sa faim

En plein Noël, la publication ne cesse d’être partagée. Il a recueilli plus de 900 000 likes en une journée. C’est pourtant l’un des sujets le plus tabou de notre société : les règles. Pis, il est bien question d’une campagne de sensibilisation sur la précarité menstruelle. En France, elle touche plus d’1,7 millions de femmes.

En cette période de fêtes, la mutuelle à but non lucratif NutUus décide de se mobiliser et de lancer une opération solidaire, avec son ambassadrice, la youtubeuse Louise Aubery, alias Mybetterself.  L’objectif de cette campagne de sensibilisation ? Aider “les femmes qui doivent choisir, chaque mois, entre une boîte de tampons ou manger à leur faim”.

Un enjeu politique

“Un grand nombre de femmes se privent d’aller au travail. Des jeunes filles manquent l’école car elles n’ont pas les moyens de changer régulièrement leurs protections hygiéniques. Et il y a toutes ces SDF qui ne peuvent pas en acheter du tout”, déplore Joëlle Travers, responsable de communication de NutUus. Une femme a ses règles pendant environ trente-neuf ans. Elles durent entre trois et cinq jours sur des cycles de 28 jours en moyenne. Cela fait près de 500 fois dans une vie. Selon certaines estimations, elle dépense donc entre 8000 et 23 000 euros en protections périodiques au cours de sa vie. Soit le prix d’une voiture ou d’une toute petite maison de village.

La précarité menstruelle devient un véritable enjeu politique. Le 4 décembre dernier, lors de son intervention sur Brut, le président de la République a fait part de son indignation concernant “les femmes en grande précarité qui n’ont pas accès à des produits d’hygiène et se retrouvent trop souvent sans solution lors de leurs règles”. Il a annoncé que le gouvernement apporterait “une réponse très concrète à la question au premier semestre 2021. 4 millions d’euros supplémentaires consacrés à cette politique publique qui s’ajoutent au million d’euros voté au budget en 2020.

Source : Instagram
A lire. Endométriose : une pétition adressée au ministre de la Santé

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici