Première greffe de cornée synthétique à Montpellier

0
4664
Première greffe de cornée synthétique à Montpellier
La première greffe de cornée artificielle sur un jeune patient de 38 ans a réussi. © Adobe stock

Le service d’ophtalmologie du CHU de Montpellier vient de réussir une greffe de cornée artificielle. C’est une première en Europe après la première greffe de cornée réalisé en Israël cette année. Pourquoi cette opération suscite autant d’espoirs ?

 Qui a bénéficié de cette première greffe ?

C’est un patient de 38 ans, atteint de cécité partielle à l’œil droit, qui fut le premier à bénéficier de la greffe d’une cornée artificielle. C’est une première en Europe. Cette innovation médicale fait partie d’un essai clinique auprès de 45 patients dans quatre pays: Canada, Israël et Pays-Bas. En France, c’est le CHU de Montpellier qui a rejoint le projet.

A lire aussi – Patient Covid-19 : première greffe pulmonaire

Pourquoi greffer une cornée artificielle ?

Les greffes de cornées biologiques à partir de donneurs sont délicates car il faut trouver une compatibilité entre le donneur et le receveur. Ainsi, «15 % à 20 % des patients ne sont pas éligibles à une greffe de cornée», précise le Pr Vincent Daien, chef du service d’ophtalmologie du CHU de Montpellier au micro de France Bleu. En cause : les multiples rejets de greffe déjà subis ou les contre-indications.

Pourquoi cette opération est-elle synonyme d’espoirs ?

Cette innovation est un espoir pour toutes les personnes atteintes de cécité à qui l’on a refusé une opération classique. Cette cornée artificielle offre, a priori, de meilleures performances optiques pour les receveurs. La cécité due à une maladie de la cornée n’est pas rare : 9 millions de personnes dans le monde sont concernées. Au CHU de Montpellier, sept patients pourront bénéficier de cette greffe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici