Santé environnementale : les Français inquiets

3
1772
sante-environnement-les-français-inquiets

Selon le premier baromètre santé-social publié par la Mutualité française et l’Association des maires de France (AMF), 92 % des Français affirment que l’environnement a une influence sur leur santé. Parmi les facteurs qui les inquiètent : les pesticides, la pollution des sols, les perturbateurs endocriniens, la qualité de l’eau et de l’air.

Amélioration insuffisante de la qualité de l’air

Depuis 2008, la qualité de l’air extérieur s’est globalement améliorée, rappelle le baromètre. Cependant, elle n’est régulièrement pas conforme aux normes européennes pour la protection de la santé humaine dans les grandes agglomérations. « Des dépassements sont ainsi observés chaque année pour les polluants les plus nocifs », précise le document, téléchargeable ici.

Il s’agit du dioxyde d’azote (NO2), de l’Ozone (O3) et des particules fines (PM 10 et PM 2,5). Les principaux dépassements en dioxyde d’azote et de particules fines ont lieu à proximité des grands axes routiers et en milieu urbain. Les grandes villes (Paris, Lyon, Grenoble…) enregistrent des pics de pollution fréquents sur la période 2000-2018.

Le baromètre rappelle que « la pollution de l’air liée aux particules fines (PM 2,5) est responsable de 48 000  décès prématurés chaque année en France métropolitaine ». Cela représente 9% de la mortalité en 2016.

Exposition aux perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens (PE – parabènes, bisphénol A, phtalates, chlordécone…) sont suspectés d’être à l’origine de nombreuses atteintes de santé. Ils favoriseraient la puberté précoce ainsi que les troubles de la fertilité et métaboliques.

« La puberté précoce est dix fois supérieure chez les filles que chez les garçons, précise la Mutualité française. Les régions Occitanie et Auvergne-Rhône-Alpes apparaissent comme les plus touchées. »

Les PE seraient aussi déterminants dans l’apparition des maladies cardio-vasculaires, voire de cancers hormonodépendants (prostate, testicules, sein, utérus). On retrouve notamment ces substances chimiques dans les plastiques (assiettes, gobelets…) et dans les eaux qui drainent des résidus de médicaments.

Source : communiqué de la Mutualité française. 8 décembre 2020.

3 Commentaires

  1. Alors la Bernard vous allé touché les intouchables,la preuve on vous à déjà répondu,bien sur qu’ils balance de la merdes sur les cultures,ils vont même jusqu’à retirer les étiquettes des bidons qui démarque les parcelles,pourquoi ?.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici