Sclérose en plaques : le virus à l’origine de la maladie identifié

4
14579
Sclérose en plaques : le virus à l'origine de la maladie identifié
La sclérose en plaque est une maladie inflammatoire chronique qui peut évoluer vers une perte de mobilité. © Adobe stock

Une équipe de chercheurs a identifié le virus à l’origine de la sclérose en plaques, une maladie du système nerveux. Cette découverte ouvre la voie à un futur vaccin. C’est un espoir pour les 100.000 Français qui souffrent de cette maladie.

Virus Epstein-Barr identifié

Des chercheurs américains ont identifié le virus responsable de la sclérose en plaques, maladie qui s’attaque au système nerveux central. Ce virus, nommé Epstein-Barr, fait partie de la famille des virus herpès. D’après les scientifiques, le risque de contracter une sclérose en plaques est multiplié par 32 après une infection par Epstein-Barr. En revanche, toutes les personnes infectées par ce virus ne contractent pas pour autant la sclérose en plaques.

Nouvel espoir pour les malades

Cette découverte relance les espoirs d’un traitement. «C’est un pas important, car cela suggère que la plupart des cas de sclérose en plaques pourraient être empêchés en stoppant l’infection au virus Epstein-Barr», explique Alberto Ascherio, auteur de l’étude et professeur d’épidémiologie à Harvard.

Essai clinique lancé par Moderna

Le laboratoire américain Moderna a déjà lancé un essai clinique sur l’homme pour développer un vaccin contre le virus Epstein-Barr afin de protéger contre la sclérose en plaques. Cette maladie touche 100.000 Français dont 700 enfants et  2,8 millions de personnes dans le monde.

4 Commentaires

  1. Encore une grande avancée.
    Heureusement que la science est là pour trouver l’origine puis le traitement adéquat qui s’en suivra pour des milliers de malades.

  2. Ma sœur est morte à 46 ans en 1989 de cette maladie, après 23 ans de souffrances progressives, et elle savait que la destruction de la myéline qui protège ses nerfs était irréversible. On se demande pourquoi les laboratoires de recherche ont mis 33 ans pour se lancer sur cette maladie… Évidemment ne n’était pas une pandémie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici