Sida : et si le dépistage devenait gratuit ?

0
1193
Sida : et si le dépistage devenait gratuit ?
Les tests de dépistage pourraient être bientôt gratuits pour le VIH partout en France. © Adobe Stock

Le test de dépistage du VIH coûte entre 17 et 25 euros en laboratoire. Lundi 11 octobre, le projet de loi de Financement de la sécurité sociale prévoit de le rendre gratuit. L’occasion de revenir sur les chiffres du VIH en France.

Entre 5.000 et 6.000 nouvelles personnes séropositives

Chaque année entre 5 000 et 6 000 personnes découvrent leur séropositivité en France. Il est essentiel de se faire dépister pour avoir accès au traitement antirétoviral. Car grâce à ce traitement, le virus devient indétectable dans le sang et intransmissible. Ce qui représente une grande avancée dans la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH.

Six millions de tests par an.

En 2019, six millions de tests VIH ont été réalisés en laboratoire. Ce n’est pas assez selon Florence Thune , directrice du Sidaction. « Tout le monde » devrait « faire au moins une fois dans sa vie un test de dépistage du VIH », insiste-t-elle au micro de France info. Elle rappelle que le VIH concerne chacun, hétérosexuel, homosexuel, bi-sexuel, jeune ou plus vieux.

Au labo sans ordo

C’est le nom d’un dispositif expérimental mené à Paris et en PACA. Les tests de dépistage du VIH étaient gratuits et disponibles sans ordonnance dans ces deux régions. « Ce qu’on a pu voir durant l’expérience qui a duré 18 mois, c’est notamment pour les hommes hétérosexuels, une façon de découvrir plus rapidement leur séropositivité », fait remarquer Florence Thune. « On a eu globalement de 1,2 à 2 fois plus de découvertes de séropositivité que pour des tests qui étaient prescrits sur ordonnance », fait-elle observer sur France info.

Eviter la case du médecin traitant

La gratuité des tests de dépistage du VIH évite aussi de passer par son médecin traitant. Grâce à l’expérimentation Au labo sans ordo, « on voit que c’est un accès plus facile à un test VIH (…) avoir accès aux traitements et pouvoir éviter de transmettre le virus. Et c’est une initiative aussi intéressante pour des personnes qui vont être plus éloignées du soin » met en avant la directrice du Sidaction.

A lire aussi :

Déodorants et cancers du sein : sels d’aluminium

Cancer du sein : radiothérapie raccourcie de 5 semaines à 5 jours

Mutuelle santé: pourquoi des milliers de français y ont recours

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici