Sommeil : les « petits dormeurs » de 50 ans ont plus de risque de démence

0
21550
Sommeil : les
Les plus de 50 ans qui dorment peu ont plus de risque de développer une démence type Alzheimer. © Adobe Stock

Selon une récente étude publiée mardi 20 avril, les petits dormeurs de plus de 50 ans ont le risque de développer une démence 20 à 40 % plus élevé que le reste de la population. Qu’entend-on par « petit dormeur » ? Quelles sont les maladies regroupées sous le terme de démence ?

Quel type de démence ?

Les chercheurs de l’Inserm et d’Université de Paris ont analysé les données de 8 000 britanniques suivis pendant 25 ans. Un travail mené en collaboration avec University College London. Leurs résultats viennent d’être publiés dans la revue scientifique Nature Communications.
Cette recherche a été motivée par les 10 millions de nouveaux cas de démence chaque année dans le monde. De plus en plus de données suggèrent que les cycles du sommeil contribuent à leur développement. La plus connue est la maladie d’Alzheimer.

A lire aussi : Alzheimer : lien avec l’apnée du sommeil

Combien de temps dormez-vous par nuit ?

L’étude a quantifié ce risque de démence. Il est «plus élevé de 20 à 40% chez les personnes dont la durée du sommeil est inférieure ou égale à six heures par nuit à l’âge de 50 ou 60 ans ».

Entre 50 et 70 ans, le risque augmente de 30 % selon les chercheurs de l’Inserm. Ces risques ont été calculés indépendamment des problèmes de santé cardiovasculaire, métabolique ou mentale. Car ces derniers constituent des facteurs de risque connus de démence.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici