Traitements de l’acné : attention à l’isotrétinoïne en cas de grossesse

2
180
Traitements de l'acné pendant la grossesse
Certains traitements contre l'acné comme l'isotrétinoïne sont contre-indiqués pendant la grossesse.

Les médicaments à base d’isotrétinoïne sont prescrits pour soigner l’acné sévère rebelle aux traitements topiques classiques ou à l’antibiothérapie. Très efficaces, leur utilisation en cas de grossesse reste néanmoins « une contre-indication absolue en raison du risque élevé de malformations chez l’enfant à naître », a rappelé l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué diffusé mercredi 21 octobre. Malgré les mesures mises en place depuis plusieurs années en France pour améliorer le bon usage de ces produits, trop de femmes enceintes sont encore traitées avec cette molécule.

Contre-indication pendant la grossesse

Prudence avec l’isotrétinoïne. Dérivée de la vitamine A acide, cette molécule est utilisée dans les médicaments prescrits en dernière intention dans les cas d’acné sévère résistante ne répondant pas aux traitements habituels (crèmes, lotions, pommades) ou aux antibiotiques. S’ils ont démontré leur efficacité, ces produits (Roacutane® et ses génériques Procuta®, Curacné®, Contracné® et Acnetrait®), restent dangereux chez la femme enceinte. « L’utilisation de ces médicaments pendant la grossesse est une contre-indication absolue en raison du risque très élevé de malformations graves (plus de 30 %) chez les fœtus exposés telles que des anomalies du cerveau, du visage, ou du cœur », a alerté l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans un communiqué, mercredi 21 octobre.

Environ 175 grossesses concernées chaque année

Malgré les mesures mises en place depuis plusieurs années en France pour limiter ces risques tératogènes (restriction des conditions de prescription et de délivrance, documents d’information…), le nombre de grossesses exposées à l’isotrétinoïne n’a pas diminué depuis 2010 et concerne environ 175 femmes chaque année. Ce n’est pas tout : « des cas d’anxiété ou de changements de l’humeur, de dépression, ou d’aggravation d’une dépression incluant des tentatives de suicide, sont rapportés chez des patients traités », ajoute l’ANSM. D’autres effets secondaires, certes beaucoup moins graves, sont également constatés : sècheresse de la peau et des muqueuses, lèvres gercées, allergies et photosensibilité (les patients traités doivent donc impérativement se protéger du soleil).

Pour renforcer la réduction des risques liés à la prise de ces médicaments, l’ANSM réunira début 2021 un comité de professionnels de santé et de patients et décidera de mesures de prévention complémentaires.

Quelles sont les règles d’utilisation de l’isotrétinoïne ?

En attendant, l’agence demande aux médecins et aux patients, en particulier les femmes en âge d’avoir des enfants, de respecter scrupuleusement les règles d’utilisation suivantes :

  • -Mise en place d’une contraception efficace au moins un mois avant le début du traitement, maintien de cette contraception pendant toute la durée du traitement et un mois au-delà.
  • -Réalisation d’un test de grossesse par prise de sang avant le début du traitement, puis chaque mois dans les trois jours précédant la consultation mensuelle et encore un mois après l’arrêt du traitement.
  • -Signature de l’accord de soin par la patiente pour le traitement et la contraception.
  • -Explications complètes des risques par le médecin à la patiente, remise d’une brochure d’information, d’un courrier de liaison et d’une carte patiente spécifique.
  • -Prescription et délivrance limitée à 30 jours renouvelables (une cure de traitement dure habituellement quatre à six mois. La plupart des patientes n’ont besoin que d’une seule cure). 
  • -Enfin, tous les patients, leur famille et leur médecin doivent rester attentif à l’apparition de signes d’ordre psychologique et psychiatrique, notamment un syndrome dépressif (sensation de tristesse, crises de larmes, idées suicidaires, éloignement de la vie sociale ou familiale). En cas de modification de l’humeur, les patients doivent consulter leur médecin.

2 Commentaires

  1. Pourquoi ne pas préconiser le ZINC, efficace contre l’acné , et renforçateur des défenses immunitaires, fortement recommandé en ces période de Covid ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici