Urgences : il faudra payer dès 2021

3
1412
urgences

Les patients des urgences devront s’acquitter d’un forfait à partir de 2021. Ce sera valable pour les passages aux urgences non suivis d’une hospitalisation. Ce forfait sera intégralement pris en charge par la complémentaire santé. Le montant de ce futur « forfait patient urgences » n’a pas encore été défini.

Chaque passage aux urgences qui ne sera pas suivi d’une hospitalisation fera l’objet d’un forfait d’un montant fixe. L’information vient de l’Agence France-Presse (AFP) qui a pu consulter le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Ce forfait sera, normalement, mis en place au 1er janvier 2021. Il sera pris en charge à 100 % par la complémentaire santé (mutuelle) du patient. On ne connait pas encore le montant qui sera défini par arrêté. Ce forfait remplacera l’actuel  « ticket modérateur ». Celui-ci est à la charge du patient et représente 20 % du coût des soins

Vers la fin des exonérations

Aux urgences, 80 % des soins sont pris en charge par l’Assurance-maladie. Le reste est remboursé par la complémentaire santé. Ce reste à charge est appelé le ticket modérateur. Certaines situations en sont exemptées et sont intégralement remboursées par l’Assurance-maladie :

  • – les femmes enceintes,
  • – les personnes souffrant d’une affection de longue durée (maladie chronique),
  • – les personnes en situation d’invalidité.

Le nouveau « forfait patient urgences » met fin à ces exonérations. Le gouvernement souhaite en effet que ces patients s’acquittent d’un « montant minoré ». Selon les informations recueillies par l’AFP, cette mesure « complète la réforme du modèle de financement des structures des urgences ».

3 Commentaires

  1. De nouveau, les plus précaires même salariés et les retraités qui n’ont les moyens de s’offrir une complémentaire santé (mutuelle) vont encore trinquer en sachant que les retraites complémentaires sont de nouveau bloquées pour un an

    • Si ceci sert à faire un dégrillage à l’entrée ce sera un premier succès : combien de bobologies en moins? combien de soifards en moins qui viennent cuver aux urgences?

      • Le 3 septembre mon mari de 84 ans était admis aux urgences. Il étouffait et souffrait de différents symptômes. Il n’a pas été hospitalisé. On ne lui a rien trouvé et on s’est contenté de lui prescrire du doliprane 1000 et un laxatif parfaitement inutile. Le 14 septembre, son état s’était aggravé. Retour aux urgences suivi d’hospitalisation en réanimation cardiaque. Il est arrivé avec un début d’oedème pulmonaire. Payer la prise en charge pour le moins discutable du 3 septembre me ferait mal aux tripes !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici