Vers un nouveau traitement contre le glaucome ?

0
1637
vers-un-nouveau-traitement-glaucome

L’Institut de technologie de Géorgie basé à Atlanta (Etats-Unis) a développé un traitement innovant contre le glaucome. Cette maladie oculaire touche une personne sur 10 après 70 ans et peut conduire à la cécité. Le nouveau traitement pourrait remplacer les gouttes quotidiennes et la chirurgie par une injection efficace pendant plusieurs mois.

Destruction progressive du nerf optique

Le glaucome se caractérise par une destruction progressive du nerf optique. Elle est due à une augmentation importante de la pression à l’intérieur de l’œil. L’humeur aqueuse, ce liquide biologique contenu dans le globe oculaire, ne s’évacue pas normalement.

Pour cette raison, le champ de vision se réduit peu à peu, d’abord sur les côtés. Si les lésions du nerf progressent, la vision centrale disparaît à son tour. (Voir la vidéo ci-dessous)

Actuellement, cette maladie ne se guérit pas. Les traitements (collyre ou laser) consistent à préserver le nerf optique en réduisant la pression oculaire. Si la pathologie évolue trop vite, le médecin peut envisager une chirurgie.

Contrôler l’accumulation de pression

Dans leur étude publiée par la revue Advanced Sciences, les chercheurs expliquent développer un traitement moins contraignant. Le principe est d’administrer un hydrogel d’acide hyaluronique par injection, sous la surface de l’œil. Ce produit permettrait de faire baisser la pression intraoculaire pendant 4 mois.  

Les scientifiques espèrent améliorer les résultats à une efficacité de 6 mois. Ainsi, seules deux injections seraient nécessaires par an. Pour le moment, les essais n’ont été réalisés que sur les animaux. Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir tester des humains, ont précisé les chercheurs.

Source : J. Jeremy Chae, Jae Hwan Jung, Wei Zhu, Brandon G. Gerberich. Réduction non chirurgicale et sans médicament de la pression intraoculaire pendant quatre mois après l’injection suprachoroïdienne d’hydrogel d’acide hyaluronique. Advanced science (décembre 2020).

Article précédentCosmétiques : Substances indésirables dans un tiers des produits
Article suivantCovid-19 : une nouvelle piste génétique expliquerait les formes sévères

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici