Coronavirus : comment me faire vacciner par mon généraliste ?

1
8122
Coronavirus : comment me faire vacciner par mon généraliste ?
Les 50-64 ans, atteints d'une maladie chronique, commencent à se faire vacciner chez leur médecin. © Adobe Stock

Depuis jeudi 25 février, les généralistes vaccinent leurs patients de 50 à 64 ans les plus à risques. Ce sont 2, 5 millions de Français. Comment faire pour être vacciné ? Est-ce à vous de le contacter ou est-ce le médecin qui appelle ?

Obtenir une consultation préalable

Vous avez plus de 50 ans (mais moins de 65 ans) avec un risque de comorbidités : vous êtes prioritaire pour la vaccination chez votre médecin généraliste. En théorie du moins.  Car les 2, 5 millions de Français qui répondent à ces critères ne pourront pas tous se faire vacciner dès la première semaine. En effet, chaque médecin ne dispose que de 10 doses, pour 10 patients.

Qui choisit ces 10 patients prioritaires ?

C’est le praticien qui choisit quels sont les 10 patients les plus à risque. C’est pourquoi, dans certains cas, c’est lui qui vous téléphone pour convenir d’un rendez-vous pour la vaccination. Quoiqu’il en soit, vous êtes libre d’accepter ou non cette vaccination.

Où se faire vacciner ?

La vaccination est réalisée dans le cabinet médical ou dans l’un des 1 000 centres de vaccination. Certains praticiens préfèrent cette deuxième option, les lieux étant déjà organisés.

Vaccination éclair

Côté logistique, il faut savoir que le médecin doit injecter les 10 doses dans la même journée ou en deux jours. Car le flacon de 10 doses ne se conserve que six heures à température ambiante. Si le flacon est remis au réfrigérateur après le premier prélèvement, la conservation est de 48 heures maximum. 

Tous les médecins ne vaccinent pas

«Plus de 50 % des médecins généralistes se sont portés volontaires pour cette première phase», rapporte Luc Duquesnel, président du syndicat CSMF dans les colonne de La Croix. Les professionnels de santés sont divisés sur le vaccin AstraZeneca.
Le Pr Alain Fisher, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale a défendu ce vaccin. Lors de la conférence de presse de jeudi 25 février, il assure que “les données sont tout à fait satisfaisantes“. L’efficacité d’AstraZeneca est supérieure à 70 % et les éventuels symptômes grippaux sont “de courtes durées” et “ne sont pas graves“.

En savoir plus :

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici