Coronavirus : la prise d’ibuprofène n’aggrave pas l’infection à la Covid-19

0
3437
Coronavirus : la prise d'ibuprofène n'aggrave pas l'infection à la Covid-19
Les anti-inflammatoires, pour soulager la douleur, n'augmentent pas les risques de formes graves de la Covid-19. © Adobe Stock

Au début de la pandémie,  les anti-inflammatoires étaient accusés d’augmenter les risques de forme grave de la Covid-19. L’OMS et le ministère de la Santé les avaient déconseillés… Pourtant, une étude publiée le 7 mai dernier dans The Lancet Rhumatology est bien plus rassurante. On vous explique.

Les anti-inflammatoires suspectés…

Nurofen, Advil, ibuprofène… Ce sont des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui soulagent la douleur. L’organisation mondiale de la santé et le ministère de la santé avaient demandé aux personnes présentant des symptômes similaires à ceux de la Covid de ne pas prendre d’AINS en mars 2020. «La prise d’anti-inflammatoires (ibuprofène, cortisone…) pourrait être un facteur d’aggravation de l’infection»  avait twitté Olivier Véran.

A lire aussi : Covid-19 : l’anosmie durable élucidée

… avant d’être blanchis

Finalement, les AINS sont “innocents”. «L’utilisation d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) n’est pas associée à une augmentation de la mortalité ou de la gravité du Covid-19». C’est la conclusion d’une vaste étude des autorités de santé britanniques, portant sur 72.000 patients. «Nous avons maintenant une preuve nette que les AINS peuvent être utilisés en toute sécurité chez les patients qui ont la Covid-19», a souligné, le Pr Ewen Harrison dans un communiqué. Ce chercheur de l’université d’Édimbourg est l’auteur principal de l’étude.

A lire aussi : La vaccination ouverte à tous : quelles sont les conditions ?

Pas plus de décès avec ou sans AINS

Les données de 72.000 malades de la Covid admis dans 255 centre de soins d’Angleterre, d’Ecosse et du Pays de Galles ont été analysées. 4.211 avaient pris des AINS (essentiellement de l’ibuprofène) avant leur hospitalisation. Selon l’étude, la proportion de décès était similaire chez les patients qui avaient pris des AINS et ceux qui n’en avaient pas pris (30,4 % et 31,3 %).

source : The Lancet Rhumatology

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici