Covid-19 : «133 cas du variant Omicron ont été détectés en France», annonce Gabriel Attal

1
2434
Covid-19 : «133 cas du variant Omicron ont été détectés en France», annonce Gabriel Attal
Les 10.000 séquençages par semaine permettent de repérer le nouveau variant Omicron. © Adobe stock

Le porte-parole du gouvernement a confirmé la hausse des cas du variant Omicron en France. «On ne sait pas exactement encore quand ce variant (Omicron) va se déployer, mais l’expérience nous conduit à dire qu’il faut s’y préparer» a ajouté de son côté  le Premier ministre.

Le variant Omicron se propage dans l’Hexagone.

«On est à un peu plus de 130 cas du variant Omicron», a affirmé Gabriel Attal sur France info, mardi 14 décembre. Un nombre de cas qui va encore augmenter face au séquençage qui a pris de l’ampleur, avec «10.000 séquençages par semaine», précisa le porte-parole du gouvernement.

Les mesures vont-elles se durcir ?

« S’agissant des règles en France, aujourd’hui, il n’est pas prévu de [les] changer », a rassuré le porte-parole. Toutefois, rien n’est totalement exclu, comme le rappelait de son côté le Premier ministre ? En déplacement en Marseille, Jean Castex  a déclaré : « La vérité, c’est qu’on ne sait pas exactement encore quand ce variant (Omicron) va se déployer, mais l’expérience nous conduit à dire qu’il faut s’y préparer car finalement les variants finissent toujours par s’imposer. »

Faut-il s’inquiéter pour la rentrée scolaire de janvier ?

«Il faudrait que la situation sanitaire soit catastrophique pour recourir à la fermeture des écoles, ce n’est pas nos intentions», a insisté le Premier ministre. «Nous ne devrions pas avoir à prendre ce type de mesures» a-t-il ajouté en soulignant que « le taux de reproduction (du virus) commence à décélérer».

1 COMMENTAIRE

  1. Donnez-nous plutôt le chiffre des dépressions, des suicides, des cancers détectés trop tard, des maladies chroniques qui ne sont plus ou mal soignées, tout cela à cause des mesures liberticides mises en place par les autorités pour lutter soit-disant contre un virus très faiblement mortel, qui ne touche que des personnes déjà très fragiles, ou très âgées.
    Ce ne sera pas un chiffre de 133 cas (des « cas », autrement dit pas des malades), mais des milliers et des milliers de français qui souffrent et qui meurent à cause de ces mesures aussi absurdes que liberticides et aux conséquences dramatiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici