Covid-19 : 47 % des patients en réanimation sont en situation d’obésité

0
4857
Covid-19 : 47 % des patients en réanimation sont en situation d’obésité
Près de la moitié des patients Covid en réanimation sont en situation d'obésité. Quand la vaccination sera-t-elle ouverte aux personnes obèses de moins de 50 ans ? © Adobe Stock

Près de la moitié des patients Covid en réanimation sont en situation d’obésité. Pourtant, les Français obèses de moins de 50 ans ne sont toujours pas éligibles à la vaccination. Une situation contradictoire car l’obésité est bien un facteur à risque reconnu par le ministère de la Santé.

L’obésité est un facteur à risque connu

On le sait depuis le début de la pandémie : l’obésité est un facteur à risque de la Covid-19. Les nouvelles données ne font que confirmer les résultats recueillis dès avril 2020 par les équipes du CHRU de Lille. «L’obésité et la forme sévère (à savoir un IMC supérieur à 35) augmente significativement le risque d’être placé sous respiration mécanique invasive, indépendamment de l’âge, de l’hypertension artérielle et du diabète», peut-on lire sur le site du ministère de la Santé.

A lire aussi : Obésité : plus de 8 millions de personnes concernées en France

Que le critère d’âge n’entre plus en compte

Les associations de patients qui souffrent d’obésité réclament l’ouverture de la vaccination pour ces personnes dès 18 ans. Et pas seulement à celles de plus de 50 ans comme c’est actuellement le cas. Car l’obésité est associée à de nombreux risques de comorbidité. «L’obésité génère dix-huit pathologies associées, parmi lesquelles le diabète de type 2, l’hypertension artérielle, l’apnée du sommeil», énumère Anne-Sophie Joly. C’est la présidente du Collectif national des associations d’obèses (CNAO) qui s’exprimait dans les colonnes du journal 20 minutes lundi 19 avril.

A lire aussi : Obésité : un anti-diabétique fait ses preuves

Un choix volontaire par manque de vaccin ?

Les associations de patients s’interrogent si ce choix d’écarter les moins de 50 ans en situation d’obésité est une décision comptable. Car la France manque toujours de vaccin Pfizer et Moderna, seuls indiqués pour les moins de 55 ans.  «Je pense que c’est une question de chiffres : il n’y a pas assez de vaccins pour tout le monde, et 8 millions de personnes obèses en France, sans compter celles en surpoids», estime Anne-Sophie Joly.
La présidente du CNAO appelle toutes les personnes en situation d’obésité à se faire prescrire le vaccin contre la Covid-19 par leur médecin traitant. Quitte à insister en rappelant les tristes statistiques.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici