Covid-19 : faut-il vacciner les femmes enceintes ?

0
2525
Vaccination-covid-19-femmes-enceintes-HAS
« La grossesse est un facteur de risque indépendant de développer des formes graves » de Covid-19, explique la HAS. ©Adobe-Stock

Selon un avis rendu par la Haute Autorité de santé (HAS) mardi 2 mars, la réponse est oui. Du moins pour une partie d’entre elles. Pour la HAS, l’injection du vaccin anti-Covid chez la femme enceinte « n’est pas contre-indiquée ». Elle doit être envisagée si « les bénéfices potentiels l’emportent sur les risques pour la mère et le fœtus ».

Dans quels cas la vaccination est-elle recommandée ?

« Les nouvelles données (…) portant chez les femmes enceintes indiquent désormais que la grossesse est un facteur de risque indépendant de développer des formes graves », explique la Haute Autorité dans ses nouvelles recommandations. Et ceci « qu’il s’agisse des hospitalisations ou des décès associés à la Covid-19 », précise-t-elle.

La vaccination est donc recommandée dans les cas suivants :

-chez les femmes enceintes âgées de plus de 35 ans ;

-chez les femmes enceintes qui présentent des comorbidités comme le diabète ou l’obésité (une étude récente menée par l’université du Texas montre que les patientes atteintes de pathologies sévères ont 60 % plus de risques d’accoucher prématurément lorsqu’elles contractent le Covid-19) ;

-les femmes enceintes susceptibles d’être en contact avec des personnes infectées du fait de leur activité professionnelle.

Quels vaccins faut-il privilégier ?

« Conformément aux recommandations de l’ANSM (agence du médicament, ndlr) », la HAS conseille de privilégier les vaccins à ARN messagers (comme ceux de Pfizer ou Moderna). Les études menées chez l’animal n’ont en effet pas démontré « de conséquences sur le développement du fœtus ».

En revanche, le vaccin à vecteur viral d’Astra Zeneca n’est pour l’instant pas recommandé chez la femme enceinte. Il est en effet susceptible d’induire des syndromes de type grippal (et notamment de fortes fièvres). La HAS préfère donc, par mesure de précaution, attendre les résultats finaux des études animales en cours.

Enfin, l’autorité sanitaire précise qu’il n’existe pas d’étude sur le passage de ces vaccins dans le lait maternel. Mais elle rappelle que, « sur la base des mécanismes biologiques (dégradation rapide des ARN messagers), il n’y a pas d’effet attendu chez le nourrisson et l’enfant allaité par une femme vaccinée ». La vaccination chez la femme allaitante est donc également possible.

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici