Covid-19 : la mortalité en hausse de 9 % en 2020 selon l’Insee

0
10990
Covid-19-Hausse-mortalité-de-9%

Selon une estimation de l’Insee dévoilée vendredi, 667 400 personnes ont perdu la vie toutes causes confondues en France l’an passé. Soit 9 % de décès supplémentaires par rapport à 2019 ou 2018. Cet excédent est observé en particulier lors des deux pics de la Covid-19. « Il concerne uniquement les personnes âgées de 65 ans et plus », souligne l’Institut. Chez les plus jeunes, la hausse reste négligeable tandis que la mortalité baisse chez les moins de 25 ans.

Un excédent de mortalité de 53 900 décès

Au total, en 2020, 53 900 décès supplémentaires ont été enregistrés par rapport à 2019. Ce chiffre devrait encore évoluer car les données de fin d’année n’ont pas encore été transmises à l’Insee. Au printemps, l’Institut observe une première hausse de mortalité correspondant à la première vague de l’épidémie. Entre le 1er mars et le 30 avril 2020, l’excédent de décès par rapport à la même période en 2019 concerne 27 300 personnes (soit + 27 %).

Une légère hausse de la mortalité est ensuite constatée entre le 1er mai et le 31 août ( + 1 100 décès). Puis, l’excédent grimpe à 33 000 décès supplémentaires lors de la deuxième vague, entre le 1er septembre et le 31 décembre. A noter que la mortalité liée à la grippe saisonnière est plus faible que les années précédentes. Ainsi, « 7 500 décès en moins ont eu lieu en janvier et février 2020 par rapport à la même période de 2019 », précise l’Insee.

L’Ile-de-France et le Grand-Est plus touchés

L’Ile-de-France (+ 18 %) et le Grand-Est (+ 13 %) affichent les excédents de mortalité les plus élevés par rapport à 2019. Ces deux régions ont été rudement frappées par la première vague. Des hausses de mortalité importantes ont également été constatées en Auvergne-Rhône-Alpes (+ 14 %) et en Bourgogne-Franche-Comté (+11%), surtout touchées lors de la deuxième vague.

« Sur l’ensemble de l’année 2020, la hausse de mortalité est un peu plus marquée pour les hommes (+ 10 %) que pour les femmes (+ 8 %) », ajoute l’Insee. La surmortalité ne concerne que les personnes âgées de 65 ans et plus (+ 10 %). Elle reste moindre pour les moins âgés (+ 2% entre 50 et 54 ans). La mortalité a même diminué de 1 % chez les 25-49 ans et de 6 % chez les moins de 25 ans. Cette baisse est liée à un « effet protecteur » du confinement dans ces tranches d’âge. Elles ont par exemple été moins exposés aux accidents de la route.

Source : Communiqué de l’Insee « Première estimation provisoire du nombre de décès en 2020 », 15 janvier 2020

En savoir plus :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici