Covid-19 : la prédominance du variant anglais est « inéluctable »


6
9559
Variant-anglais-predominance-ineluctable

L’épidémie est « mal contrôlée par les mesures actuelles », a affirmé le professeur Bruno Riou, directeur médical de crise de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), lors d’une conférence de presse vendredi. Elles risquent de conduire à « une vague épidémique importante ». Un avis partagé par d’autres scientifiques, particulièrement inquiets.

Déprogrammation d’opérations dans les hôpitaux de Paris

« Nous allons débuter les déprogrammations dans les hôpitaux les plus impactés, pas encore de manière massive, à la fois en médecine et en chirurgie », a annoncé Bruno Riou. Le nombre d’admissions en réanimation ne baisse plus depuis décembre. Cela s’expliquerait par la propagation du variant britannique. Selon une étude menée le 27 janvier, son taux de prédominance est passé à 14 % au niveau national.

D’après le directeur médical, la situation devrait encore d’aggraver. Et ceci, « alors que nous sommes déjà à un niveau élevé de l’épidémie ». Pour l’AP-HP, les semaines qui viennent devraient être particulièrement difficiles.

Si l’on en croit une modélisation parue dans le Journal du Dimanche hier, le variant britannique devrait devenir majoritaire autour du 1er mars. En réalité, le plateau que l’on observe actuellement au niveau des nouvelles contaminations (entre 20 000 et 26 000 cas quotidiens) serait trompeur. Les chiffres repartiraient à la hausse une fois que le variant aura pris le dessus.

2 000 hospitalisations chaque jour dès la mi-février?

Ces projections inquiétantes (qui ne sont toutefois pas des prévisions) conduisent Arnaud Fontanet, professeur à l’Institut Pasteur et membre du conseil scientifique, à affirmer au JDD que 2 000 patients pourraient être hospitalisés quotidiennement dès la mi-février.

« On aurait pu profiter des vacances pour confiner très fort et casser la dynamique de l’épidémie », estime de son côté Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Interrogée sur France Inter vendredi, l’infectiologue et épidémiologiste a ajouté que l’on était « actuellement en équilibre », mais « au bord du précipice ». Selon elles, des mesures « de coercitions plus importantes que celles qui pèsent déjà sont inévitables. »

En savoir plus :

6 Commentaires

  1. faudrait peu etre que vous les scientifique arreter de faire peur a tout les francais, il y en a marre, vous ne vouait que le covid et ses variant mais bizare vous parler pas de la grippe alors que l’on est en plein dedans ,ni de la gastro, ni des peumonie, sa suffit, fermer votre bouche et arreter de passer a la radio comme à la television,

  2. bonjour Josette, vous avez raison, aucun commentaire sur la grippe etc par contre on nous bassine avec ce variant de covid , je n’écoute même plus les informations tellement c’est devenu pénible, la faute à ces scientifiques qui racontent ce qu’ils veulent bien nous faire croire

  3. Et bientôt le variant martien et le mutant intergalactique …..
    Tant que ces « Talibans » du Covid auront la « Une » de nos télés. nos vies seront pourries.
    Tous ces scientifiques se prennent pour des héros, des dieux et font régner le peur. Cela ne vous rappelle rien. ? Les doux temps de l’inquisition. Il n’y a qu’a remplacer crucifix et eau bénite. par masque et gel .Voila comment on reprend les bonnes recettes pour faire régner la terreur. Qu’ils prennent garde. que le peuple ne s’en prenne pas à eux. comme il s’en est pris au. clergé à une certaine époque.
    Courage à tous et vive la dictature sanitaire. h

  4. Le niveau des commentaires précédents, ça rase les pâquerettes. En se renseignant un tout petit peu, il apparaît que pour le moment, les infections saisonnières traditionnelles, telles que la grippe et la gastro entérite, du fait des mesures sanitaires (lavage des mains, port du masque) sont très peu présentes comparées aux autres années. C’est un effet positif des mesures sanitaires. Ensuite, les scientifiques ne sont pas là pour VOUS faire plaisir, mais pour donner un état des lieux de la situation. Ils sont en première ligne, sont parfois exposés au virus, tout cela pour soigner et informer des gens comme vous, aveugles, sourds (pardon pour les aveugles et les sourds) et ingrats. Un peu de décence pour les centaines de milliers de personnes qui ont perdu un membre de leur famille à cause de la covid.

    • Merci pour les sourds et aveugles, il vaut mieux cela que la débilité.
      En ce qui me concerne je suis en droit de parler de Talibans. car j’ai été interdit de visite auprès de mon père mourant. en service palliatif. Il faut dire qu’il y avait danger pour sa vie il y avait le. COVID. De ce fait j’ai pu l’entendre une dernière fois lorsqu’il ma téléphoné en panique. ne voyant plus personne de sa famille, avant que 2 jours plus tard l’hôpital m’appelle pour annoncer qu’il y avait autorisation de visite. Bien sur lorsque j’ai vu mon père il n’était plus conscient et est décédé 3 jours plus tard. Je parle donc de terroristes. en visant ces « scientifiques » et je considère que les nazzis n’auraient certainement pas fait pire.
      Je suis n droit de parler de dictature sanitaire.
      Bon courage à tous. suivez bien les directives de ces « scientifiques « 

  5. Des cas covid il y en a certes la grippe peut etre moins forte vu le masque et le reste OK mais les décès de cancer, crise cardiaque, sida,
    Si le lavage des mains et le port du masque suffit Chapeau Comment se fait -il que l’on n entent plus parler des DECES de toutes ces maladies

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici