COVID-19 : la vitamine D réduit le risque de formes graves

9
24907
COVID-19 : la vitamine D réduit le risque de formes graves

73 experts francophones appellent à généraliser la supplémentation en vitamine D à l’ensemble de la population. Cette vitamine atténue l’inflammation provoquée par le coronavirus et diminue le risque de formes graves. En mai dernier, l’Académie de médecine conseillait déjà de recourir à la vitamine D en prévention.

Près de la moitié des Français en déficit de vitamine D

La vitamine D : une mesure «simple, sans danger et peu coûteuse». C’est le constat de 73 experts francophones et de six sociétés savantes nationales à l’instar de celles de pédiatrie, de gériatrie ou d’endocrinologie.  Dans un article publié dans La revue du praticien, ils appellent à supplémenter en vitamine D  tous les Français. En effet, 40 à 50% des Français sont en déficit de vitamine D. Celle-ci est synthétisée sous l’effet des rayons du soleil. Grâce à cette vitamine, les taux de calcium et de phosphore augmentent dans le sang.

D’ailleurs, certaines catégories de population à risque d’hypovitaminose D (déficit en vitamine) bénéficient déjà d’une supplémentation à l’année. C’est le cas des personnes en situation d’obésité, des personnes âgées et celles malades.

Comment la vitamine D protège des formes graves ?

Le virus SARS-CoV-2 s’attache à une protéine présente à la surface des cellules pulmonaires : le récepteur ACE2. «De ce point de départ, découleraient différentes conséquences cliniques», explique l’Inserm[1]. C’est là qu’intervient la vitamine D. Car elle est capable de moduler l’ACE2 pour prévenir les formes graves de la Covid-19.

[1] Covid-19 : un récepteur cellulaire au centre de toutes les attentions

Autre thèse défendue par le collectif des 73 experts : de nombreux patients Covid manquent de vitamine D.  «Contrairement aux autres facteurs de risque de forme grave, l’hypovitaminose D est un facteur de risque facilement modifiable par une supplémentation médicamenteuse», notent les auteurs.

Essai clinique menée par 10 hôpitaux

Les experts mettent également en avant l’essai clinique COVIT-TRIAL. L’objectif est de tester l’effet d’une forte dose de vitamine D administrée dès le diagnostic de COVID-19 par rapport à une dose standard. L’essai porte sur des personnes âgées fragiles ayant contracté l’infection. Cette étude clinique est transversale à dix hôpitaux français et leurs Ehpads.


En savoir plus :

9 Commentaires

  1. Enfin, des « experts » informent sur cette évidence qui est cachée par les « autorités de santé » sous le joug de « big pharma », dommage que l’article ne mentionne pas la dose d’UI conseillée, elle est de 4000 UI au minimum.

  2. Avant qu’on connaisse le rôle de la Vit D sur l’immunité, je prenais une ampoule de Sterogyl 15 tous les ans en octobre . Capital osseux au top et jamais d’infections hivernales ! Il semblerait que l’effet soit vraiment protecteur !

  3. vous allez voir que dans quelque temps on va pouvoir se soigner avec des choses naturelles (bi cause) notre gouvernement n’aura pas le frique pour acheter des vaccins on le vendra a celui qui payera rubis sur ongle bon courage

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici