Covid-19 : l’anosmie durable élucidée

9
56989
Covid-La-perte-de-l-odorat-elucidee
L'anosmie serait la conséquence d’une dégradation de l’organe sensoriel situé au fond des cavités nasales. ©Adobe-Stock

Selon des chercheurs français, la perte durable de l’odorat chez les anciens patients Covid serait liée à la persistance du virus et d’une inflammation au niveau de la muqueuse olfactive. Ces patients doivent-ils s’inquiéter ? Sont-ils encore contagieux ?

Le virus présent au fond des cavités nasales

L’étude révèle que les tests classiques (PCR ou antigéniques) peuvent se révéler négatifs alors même que le virus persiste au fond des cavités nasales, dans la muqueuse olfactive. Chez les patients qui présentent une anosmie persistante, « un diagnostic du Sars-CoV-2 par brossage nasal peut (donc) être envisagé » pour compléter le test par écouvillonnage, précise l’Institut Pasteur.

Les chercheurs ont aussi découvert ce qui provoquait l’anosmie. Jusqu’à présent, on pensait qu’elle était liée à la formation d’un œdème transitoire au niveau des fentes olfactives. L’hypothèse admise était que cet œdème empêchait le passage des molécules odorantes vers les cellules nerveuses olfactives.

Dégradation de l’organe sensoriel

L’étude montre qu’en réalité, la perte d’odorat est la conséquence d’une dégradation de l’organe sensoriel situé au fond des cavités nasales.  « Nous avons constaté que les neurones sensoriels sont infectés par le SARS-CoV-2, mais aussi le nerf olfactif et les centres nerveux olfactifs dans le cerveau », explique Pierre-Marie Lledo, responsable de l’Unité Perception et mémoire (Institut Pasteur/CNRS) et co-auteur de l’étude.

Ce n’est pas tout. L’infection des neurones olfactifs pourrait aussi constituer « une porte d’entrée vers le cerveau ». Ce qui expliquerait pourquoi certains patients développent d’autres manifestations cliniques (anxiété, dépression, déclin cognitif, susceptibilité à développer une maladie neurodégénérative). Pas de panique toutefois. Ces symptômes spécifiques doivent encore « faire l’objet de nouvelles études ».

Enfin, les chercheurs ne savent pas si les patients chez qui le virus persiste au fond des cavités nasales sont encore contagieux. « S’il le sont, c’est sans doute au pire très faiblement », a précisé à l’AFP Hervé Bourhy, également co-auteur de l’étude. Des études sont en cours pour le déterminer plus formellement.

En savoir plus :

 

9 Commentaires

  1. Bjr, chez moi c’est l’effet contraire. Je suis vaccinée (2doses) et depuis mon odorat s’est amplifié ! Est ce un effet du vaccin ?
    Est ce que d’autres personnes ressentent la même chose que moi ?
    Ou bien c’est une illusion ?

    • Bonjour,
      pour ceux qui auraient perdu l’odorat avant le Covid ou à cause d’une autre raison, je conseille la lecture des ouvrages de la psychologue et neuroscientifique cognitive Rachel Sarah Herz («le Parfum du désir» et «Pourquoi nous mangeons ce que nous mangeons ?»).
      Cela permet de mieux comprendre ce qui se passe lors d’une perte de ce sens et quelles peuvent en être les conséquences. Aussi, même s’il est possible que le virus passe vers le cerveau, une perte de l’odorat se traduit généralement par une déprime à minima dans les autres causes d’anosmie (accident de voiture par exemple avec choc à la tête). Le livre «Le parfum du désir» explique très bien le phénomène dès le premier chapitre.

  2. Si l’on regarde le nombre total de vaccinés et que l’on compare avec ceux ayant reçu au moins une dose + ceux ayant reçu 2 doses il existe un léger écart: au 18 8 21
    vaccinés 82.393.710
    1 dose 46.842.436
    2 doses 36.520.482
    écart 969.208

    • Bonjour,
      votre calcul est malheureusement erroné : une personne ayant reçu au moins une dose est une personne ayant reçu «au moins» une dose, c’est à dire qu’elle a pu en recevoir deux.
      De plus, une personne ayant déjà contracté le Covid est considéré comme étant vaccinée avec une seule dose. C’est donc bien le total de vaccinations complètes qui est à prendre en compte.

  3. Bonjour,
    pour ceux qui auraient perdu l’odorat avant le Covid ou à cause d’une autre raison, je conseille la lecture des ouvrages de la psychologue et neuroscientifique cognitive Rachel Sarah Herz («le Parfum du désir» et «Pourquoi nous mangeons ce que nous mangeons ?»).
    Cela permet de mieux comprendre ce qui se passe lors d’une perte de ce sens et quelles peuvent en être les conséquences. Aussi, même s’il est possible que le virus passe vers le cerveau, une perte de l’odorat se traduit généralement par une déprime à minima dans les autres causes d’anosmie (accident de voiture par exemple avec choc à la tête). Le livre «Le parfum du désir» explique très bien le phénomène dès le premier chapitre.

  4. Bonjour,
    pour ceux qui auraient perdu l’odorat avant le Covid ou à cause d’une autre raison, je conseille la lecture des ouvrages de la psychologue et neuroscientifique cognitive Rachel Sarah Herz («le Parfum du désir» et «Pourquoi nous mangeons ce que nous mangeons ?»).
    Cela permet de mieux comprendre ce qui se passe lors d’une perte de ce sens et quelles peuvent en être les conséquences. Aussi, même s’il est possible que le virus passe vers le cerveau, une perte de l’odorat se traduit généralement par une déprime à minima dans les autres causes d’anosmie (accident de voiture par exemple avec choc à la tête). Le livre «Le parfum du désir» explique très bien le phénomène dès le premier chapitre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici