Covid-19: Le variant brésilien inquiète les scientifiques

6
18428
Covid-19: Le variant brésilien inquiète les scientifiques

Si les Français sont focalisés sur le variant britannique, deux autres variants du coronavirus ont été identifiés dans le monde : celui sud-africain et celui brésilien. Quel est le point commun de ces trois variants ? Les vaccins actuels sont-ils efficaces ? Pourquoi le variant brésilien inquiète ?

Contagiosité et résistance

Le variant brésilien est source de toutes les inquiétudes. Il avait été repéré par les autorités japonaises, début janvier, sur des voyageurs provenant du Brésil et plus précisément de la ville de Manaus. Les habitants de cette ville du Nord du Brésil avaient été très touchés par la première vague de coronavirus en 2020. Les scientifiques supposaient que la ville avait atteint une immunité collective.

Or, le variant brésilien est actuellement responsable d’un rebond épidémique dans cette ville. Des habitants déjà infectés par la souche « originale » sont de nouveaux malades. Le variant brésilien serait donc résistant aux anticorps développés par l’organisme lors de la première infection. Ce qui inquiète les autorités sanitaires. Une résistance qui n’est pas le cas, ou qui n’a pas été démontré, pour les variant anglais et sud-africain.

Quoiqu’il en soit, les trois variants ont deux points communs. Le premier est une grande contagiosité de l’ordre de 50 à 70 % de plus que la souche originale. Le second point commun de ces trois variants sont leurs mutations qui portent sur la même protéine nommée spike. Cette protéine forme les spicules qui hérissent la surface du virus.

Quelle est l’efficacité des vaccins ?

Les vaccins actuellement disponibles sont basés sur la reconnaissance de la protéine spike alors que les variants modifient justement cette protéine. Selon des études préliminaire menées par Pfizer/BioNTech, leur vaccin est aussi efficace sur la souche originale que sur le variant anglais.  En revanche, la communauté scientifique internationale ne dispose pas de données sur l’efficacité des vaccins sur les deux autres variants.

En Savoir Plus :

6 Commentaires

  1. La sortie de l’épidémie ne passera pas par les vaccins mais par un traitement précoce des malades. On a encore jamais trouvé de vaccin contre le virus du sida qui lui aussi mute en permanence, par contre on peut guérir les malades …

    • votre commentaire est très pertinent, merci! J’espère que le temps passé par les chercheurs pour le traitement initial de la maladie n’est pas en relation avec le temps consacré par les média à ce sujet!

      • On ne guérit pas du VIH ( sauf un cas dans le monde), on vit avec.
        Et ce n’est pas un coronavirus, donc impossible de comparer.
        On guérit de la COVID mais on a du mal à la soigner.
        Par contre on a bien éradiqué nombre de maladies avec la vaccination.

        • Ce n’est pas le fait que ce soit un corona virus ou un retro virus qui compte, mais la rapidité avec laquelle le virus mute qui fait la difficulte a obtenir un vaccin. Par ailleurs, le Remdesivir ( deja mutagene sur le virus Ebola ) a pu favoriser l’appararition de variants. C’est quand meme bizarre que tous les pays aient leur variant…plus transmissible que l’original

      • De nombreuses etudes se revelent interessantes sur l’Ivermectine, la cochicine et d’autres molecules anciennes, mais ca n’interesse pas les labos car ca ne coute rien…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici