Covid-19 : les animaux n’interviennent pas dans la diffusion du virus en France

6
1413
Tranmission Covid animaux

Les animaux domestiques et sauvages n’ont joué aucun rôle épidémiologique dans la propagation du SARS-Cov-2 en France. C’est ce qu’affirme l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans un avis publié le 19 novembre. Aujourd’hui, seule la transmission interhumaine par voie respiratoire explique la diffusion du virus sur le territoire.

Attention toutefois au risque de réservoir animal

« Certaines situations particulières, comme une forte concentration d’animaux réceptifs au SARS-CoV-2 appellent toutefois à la vigilance », souligne l’agence. Des cas de contamination humaine à partir d’élevages de visons ont en effet été observés au Danemark et aux Pays-Bas. Le risque de constitution d’un réservoir animal existe donc bel et bien.

Pour la première fois, la France vient d’ailleurs de détecter la présence de Covid-19 dans un élevage de visons en Eure-et-Loir. Les ministères de l’Agriculture, de la Santé et de la Transition écologique ont annoncé hier dimanche 22 novembre l’abattage de la totalité des animaux de l’exploitation et l’élimination des produits issus de ces visons. 

Gestes barrières et animaux de compagnie

L’Anses recommande donc d’être particulièrement vigilant lors des contacts avec les espèces réceptives au virus (visons, mais aussi chats, chiens et furets). Surtout dans des conditions de densité importante d’animaux et de promiscuité animal-Homme en milieu clos confiné.

L’agence invite particulièrement les personnes atteintes par la Covid-19 à respecter les gestes barrières avec leurs compagnons à quatre pattes, sans pour autant compromettre leur bien-être. Lors des soins, « il leur est recommandé de porter un masque et de se laver les mains avant et après le contact avec les animaux », conclut l’Anses.

6 Commentaires

  1. Alors la ça bas des records dans l’article du haut l'(asnes)vous dit pas de problème de covid avec les animaux domestiques et dans l’article suivant faites gaffes quant même,lorsque l’on en sait pas plus que ça on ferme sa gueule comme le disait COLUCHE cela évitera de semé la paniques.

  2. Il est vrai que si les médias avait fermé leurs bouche nous n’en serions pas à la ruines du pays ma cousine a eu le virus en 2017 2018 trois mois hospitalisé en réanimation mais personne en parlais et c’était bien mieux

  3. c’est plus simple de dire , normalement pas de problèmes mais…ça permet de dire je n’en sais strictement rien mais je dis tout.
    comme la plupart des médias. faire du buzz sur ce que l’on ne connais pas. Coluche dirait alors ferme ta G….
    bref on passe sous silence, par ce que c’est tabou les bisous ( ou plus) ou carrément les pelles aux animaux de compagnie, et la zoophilie , pareil sujet tabou mais qui existent .comme c’est tabou, ceux qui le pratiquent ne disent pas ,et vivent avec les autres .avec une sociabilité de devanture.
    je ne juge pas ces gens là , c’est leur choix, et leur vie privée. mais devrait interroger sur le système de transmission en dehors de tout « Normal » tel que l’on l’imagine avec nos cultures et nos meurs.

  4. ça a toujours été une bonne idée de se laver les mains après s’être occupé de la litière du chat ou de la gamelle du chien et même juste après des carresses: simple question d’hygiène, encore plus d’actualité aujourd’hui !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici