Covid-19 : les pharmaciens autorisés à vacciner

2
17394
covid-19-la-vaccination-autorisee-en-pharmacie
La vaccination en pharmacie est réservée en priorité aux personnes âgées de plus de 74 ans et à celles de 50 ans et plus avec comorbidités. ©Adobe-Stock

Un décret paru vendredi 5 mars au Journal Officiel autorise désormais les pharmaciens, mais aussi les sages-femmes, à prescrire et injecter les vaccins contre le Covid-19. De même, les infirmiers peuvent dès à présent vacciner sans qu’un médecin soit présent. Toute la population n’est cependant pas concernée par ces nouveaux accès aux vaccins…

Les personnes de plus de 74 ans toujours prioritaires

Dans un premier temps, la vaccination en pharmacie sera réservée aux personnes de plus de 74 ans et à celles âgées de plus de 50 à 74 ans souffrant de comorbidités (obésité, diabète, insuffisance rénale, maladies cardiovasculaires…). Les personnels médicaux de moins de 65 ans sont également concernés.

Pour se faire vacciner, pas besoin d’ordonnance. Il suffira de se rendre directement en officine à partir du 15 mars (ou sur le site Ordoclic.fr) pour se faire inscrire sur une liste. Puis, c’est le pharmacien lui-même qui décidera de l’ordre de priorité.

Une seconde injection neuf à douze semaines plus tard

Le jour de la vaccination, le pharmacien donnera un second rendez-vous pour la deuxième injection. Celle-ci aura lieu entre neuf et douze semaines plus tard. Enfin, à partir de la « mi-avril », les personnes âgées de 50 à 74 ans sans pathologie particulière pourront à leur tour se faire vacciner en pharmacie, précise le décret.

Les femmes enceintes qui souhaitent être vaccinées devront quant à elle passer par une sage-femme. Celle-ci pourra également prescrire un vaccin à l’entourage de la future maman et aux nouveau-nés.

Astra Zeneca, Pfizer ou Moderna ?

La vaccination en pharmacie se fera « avec le vaccin AstraZeneca » qui est actuellement disponible, a précisé le ministre de la Santé Olivier Véran sur les antennes de BFMTV et de RMC vendredi matin.

Les sages-femmes pourront vacciner avec des vaccins à vecteur viral (comme celui d’AstraZeneca) ou des vaccins à ARN messager comme ceux de (Pfizer et Moderna), en fonction de leurs disponibilités.

Les infirmiers sont quant à eux autorisés à utiliser les vaccins à vecteur viral sans la supervision d’un médecin. Mais ils devront s’assurer « qu’un médecin puisse intervenir à tout moment » pour ceux à ARN messager, précise le décret.

En savoir plus :

2 Commentaires

  1. Est-ce pour alléger les caisses de retraites que les plus de 74 ans sont prioritaires, ainsi que ceux qui ont des pathologies.
    Pour se faire vacciné par un infirmier, il faut « qu’un médecin puisse intervenir à tout moment »,
    ce n’est pas comorbilité, mais morbide qu’il faut lire, voir mortel…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici