COVID-19 : L’utilisation des réseaux sociaux pendant la crise sanitaire

0
764
coronavirus et réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont aujourd’hui les moyens de communication les plus utilisés par les Français. Essentiels dans la vie de tous les jours, leurs usages sont nombreux : ils facilitent le télétravail, ils permettent de rompre avec la solitude, de préserver des liens à distance mais également de suivre instantanément toutes les informations.

Il n’est donc pas étonnant que leur utilisation ait été indispensable chez de nombreux Français pendant la période de confinement. En effet, selon une étude du Parisien, plus de la moitié des Français trouvent la situation plus facile à supporter grâce aux réseaux sociaux. Néanmoins, même s’ils permettent de rester « connecté » au reste du monde, leurs impacts négatifs sur la santé ne sont pas négligeables.

Il fallait s’y attendre : l’utilisation des réseaux sociaux a augmenté de façon exponentielle à l’échelle mondiale. Parmi les applications les plus utilisées, les plus classiques, Facebook, YouTube et WhatsApp sont en tête. Aussi, de nouveaux moyens de communication comme Zoom et Tim sont de plus en plus téléchargés.

L’incertitude liée à cette période de crise sanitaire provoque chez de nombreux Français une soif d’information très importante qui se traduit par une consultation permanente des réseaux sociaux, notamment Twitter ou Instagram. Ce phénomène pourrait cependant provoquer plus d’angoisse que d’apaisement.

En effet, les répercussions psychologiques et physiques nocives des réseaux sociaux sont certaines. Parmi elles, la lumière bleue contenue dans les LED des écrans a, selon l’Anses, un effet phototoxique sur la rétine et provoque des troubles sérieux du sommeil. Ils ont également un retentissement sur notre état mental : stress, anxiété et dépression sont les plus à craindre. A cela s’ajoute le contexte particulier du confinement. La peur de l’inconnu pousse les Français à se renseigner toujours plus sur le COVID-19 et sur tous les thèmes qui gravitent autour du virus. Attention, il faut toutefois se méfier des fake news, des informations qui peuvent parfois être contradictoires et souvent oppressantes par leur quantité.

Ainsi, les réseaux sociaux sont sans aucun doute indissociables de notre mode de vie, mais ne sont pas sans risque. L’ enjeu majeur pour la suite serait de contrôler ce que l’Organisation mondiale de la Santé appelle « l’infodémie » ou la propagation de fake news relatives au COVID-19.

La régulation, voir la réduction, du temps passé sur les écrans reste évidemment la meilleure solution afin de limiter les effets des réseaux sociaux sur notre santé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici