Covid-19 : Nouvelles contraintes sanitaires

0
667
Covid-19 : contraintes sanitaires
Les contraintes sanitaires dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19 s'intensifient.

Face au rebond de l’épidémie de Covid-19,  Olivier Véran, ministre de la Santé a annoncé de nouvelles contraintes sanitaires. Le but est de protéger les personnes les plus vulnérables face au nombre d’hospitalisation en hausse. L’accès au tests rapides antigéniques est désormais autorisé. Ils seront disponibles très prochainement afin de désengorger les laboratoires.

Jeudi 17 septembre, le ministre de la Santé Olivier Véran a défendu la stratégie du gouvernement pour lutter contre la Covid-19. Il a parlé d’épidémie « à nouveau très active » sur le territoire. Il a alerté sur la « circulation active » et rapide du virus chez les 15-45 ans qui avait une conséquence directe sur les plus de 65 ans. Le ministre de la Santé a rappelé le respect des gestes barrière dans la sphère privée. D’autre part, il  a conseillé aux personnes âgées de « se protéger encore davantage » et de « réduire encore le nombre de personnes que vous voyez chaque jour ».

Nouvelles contraintes pour Nice et Lyon

Les chiffres communiqués lors de la conférence de presse font état de 10 593 nouveaux cas diagnostiqués en 24 heures et de 3 223 hospitalisations en une semaine sur l’ensemble de la France. De nouvelles contraintes sanitaires s’appliquent pour les villes de Nice et Lyon en plus de celles de Marseille, Bordeaux et Lille. Autre nouveauté : le personnel des crèches est appelé à porter le masque en présence des enfants. Jusqu’à présent, il n’était obligatoire qu’en contact avec les parents.

Tests antigéniques

Le ministre de la Santé a  confirmé que la France a bien passé commande de tests antigéniques « à hauteur de 5 millions ». Ces tests devraient être livrés d’ici début octobre. Ce sera l’Île-de-France qui bénéficiera des premières campagnes de dépistage avec ce nouveau test, plus rapide que le PCR.

D’autre part, concernant les tests salivaires, Olivier Véran a souligné qu’il attendait l’avis de la Haute autorité de santé. Celui-ci doit être publié  « de façon imminente ». Il précisera « quels publics et dans quelles conditions ces tests salivaires pourraient être réalisés ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici