Covid-19 : un antidépresseur réduirait le risque d’hospitalisation

16
22491
Covid-19 : un antidépresseur réduirait le risque d’hospitalisation
Un antidépresseur diminue les risques d'hospitalisation. © Adobe stock

La fluvoxamine est un antidépresseur. Selon deux études, canadienne et brésilienne, ce médicament réduirait significativement le risque d’hospitalisation pour les patients Covid-19. On fait le point.

Réduit les hospitalisations dans un tiers des cas

En août dernier, les Canadiens avaient mené un essai clinique auprès de 1480 personnes contaminées par la Covid-19 : 742 ont été traitées avec la fluvoxamine, 738 autres avec un placebo. La fluvoxamine, permettrait ainsi de réduire de près d’un tiers le risque d’être hospitalisé pour les personnes développant une forme grave de la maladie.

Les Brésiliens confirment les résultats

Une équipe brésilienne s’est aussi intéressée à la fluvoxamine, habituellement prescrite comme antidépresseur. Les résultats de l’étude viennent d’être publiés, fin octobre, dans la revue The Lancet. L’étude a été conduite sur près de 1500 personnes risquant de faire une forme grave : personnes plus de 50 ans, non-vaccinées, diabétiques etc.  Selon les chercheurs brésiliens, les malades traités sous fluvoxamine ont été moins nombreux que ceux sous placebo à se retrouver hospitalisés (11% contre 16%). Concernant les décès, il y a eu 25 morts dans le groupe placebo contre 17 dans le groupe fluvoxamine.

Les Français se sont aussi intéressés à la fluvoxamine

En juin dernier, l’AP-HP, dans une étude observationnelle, avait aussi conclu à une baisse de 42% des intubations concernant les malades traités avec la fluvoxamine. Toutefois, d’autres essais doivent encore valider l’efficacité de ce traitement.  S’ils confirment ces premiers résultats, ce serait une avancée dans la prise en charge des patients Covid. En effet, la fluvoxamine présente peu d’effets secondaires graves et elle est peu chère à fabriquer.

 

16 Commentaires

  1. Pfizer on vous dit….. 3e dose, allez hop. Oups, je n’en ai reçu aucune. La 4e avant les fêtes, a 5e après le jour de l’An, le temps à tous ces adorables vaccinés de se faire des bisous le 31 à minuit. D’habitude, je ne suis pas vindicative contre les vaccinés, chacun doit être libre, mais un peu marre de me faire insulter et pas sur les réseaux sociaux, je n’y suis pas. Je vis seule, je n’ai pas de famille et plus de travail comme journaliste/correctrice. Alors que l’on nous fiche la paix à nous les non vaccinés…. Et laissez les enfants tranquilles.

    • Oui ce que l on vit est plus que terrible ,Il faut qu’ils arrêtent de mentir en disant que » l empoisonnement » par injection n’est pas obligatoire ..Il faut trouver un moyen de se sauver et aussi de sauver les enfants …tout ceci encore et toujours pour l argent ..le Dieu de tous ces gouvernements …

    • Je suis tout à fait d’accord avec votre point de vue ! Comme vous non vaccinée par choix, la moutarde me monte au nez à force d’essuyer des remarques désobligeantes. On a encore le droit de penser par nous même, merde !

  2. Ouvrez les yeux n importe quel antidépresseur serait utile car le mal ne vient pas d’un virus on en a toujours eu ,le mal vient de cette médiatisation SATANIQUE que les gouvernements en font, ce sont eux qui rendent les gens fragiles psychologiquement malade mentaux ..avec le mitraillage des médias ils veulent « poignarder » les gens par la peur de mourir  » et c’est ça qui déclenche la maladie ,l antidépresseur fait barrière à cette  » pollution » de l esprit « c’est de la parapsychologie il faut y réfléchir ..Ton corps se défendra contre n importe quelle maladie si tu réussi à lutter contre l empoisonnement de ton mental….

  3. La France est déja dans le top ten des consommateurs de ce genre de médicaments!
    inutile d’en ajouter une dose, laissant la nature faire son tri, en assurant la vaccination pour tous les plus de 15 ans qui le veulent. Passe sanitaire étendu pour limiter les vagues hospitalisation. Une fois qu’il ne restera plus de non vacciné, on pourra voir plus clair.

  4. Les vaccinés le font pour se protéger, mais ils peuvent transmettre le virus, par contre, les non-vaccinés ne le transmettent pas . En effet, s’ils attrapent le virus, ils restent à la maison ou vont à l’hôpital.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici