Covid-19 un reconfinement local possible

1
469
Le reconfinement local abordé par le conseil scientifique
Le conseil scientifique a évoqué un reconfinement local possible à cause de la Covid-19.
Vivre avec le virus jusqu’à l’été prochain. C’est l’avertissement du professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique. Il n’exclut pas le reconfinement local si la situation sanitaire continue à se dégrader. Samedi, Santé Publique France a enregistré 27 000 nouveaux cas en 24 heures, un nouveau record.

L’intervention de Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique  au micro de BFM-TV, a fait l’effet d’une bombe. Il a confirmé les craintes des Français depuis des semaines. « Il faut tout pour éviter le reconfinement local. Si à certains moments c’est nécessaire, il faudra le faire », a-t-il expliqué.
Il a aussi estimé que Paris et l’Ile-de-France, en « zone d’alerte maximale » avait encore dix à quinze jours difficile à passer.
Toulouse et Montpellier passent en alerte maximale dès mardi 13 octobre.

Favorables aux tests antigéniques

La France, samedi, a enregistré un nouveau record avec 27 000 nouveaux cas de Coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de Santé Publique France. Le nombre de malades hospitalisés en réanimation est en constante augmentation. Le nombre total de personnes hospitalisées pour la Covid-19 était de 7 976 samedi. Par comparaison, lors du pic épidémique d’avril dernier, le chiffre était moindre : 7 000.

Dans ce contexte, la Haute Autorité de santé (HAS) s’est dite « favorable » à l’utilisation des tests antigéniques de détection du nouveau coronavirus.  Ces tests sont plus rapides que les RT-PCR car ils ne demandent pas d’analyse en laboratoire. Le résultat est disponible en  dix à trente minutes.

Les tests antigéniques seraient utilisés dans le cadre d’opérations de dépistage ciblées comme dans les Ehpad ou les universités. « Le but, c’est d’être capable de tester plus de personnes et plus vite », pour pouvoir déterminer « très vite si on est face à un foyer d’infection », a expliqué Dominique Le Guludec, présidente du collège de la HAS dans les colonnes du journal Le Monde.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici