Covid-19 : une étude confirme l’immunité de six mois chez les patients infectés

1
12209
Covid-19-Immunite-six-mois-confirmee

Enfin une nouvelle encourageante. Selon des travaux menés récemment par le CHU de Toulouse, près de 97 % des personnes infectées par le virus conservent encore des anticorps six mois plus tard.

Une immunité acquise d’au moins 167 jours

En matière d’immunité post-coronavirus, les travaux se suivent et se ressemblent. Deux premières études, parues dans le British Medical Journal et dans Science, évaluaient l’immunité acquise après une infection à la Covid-19 de six à huit mois.

Publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases, l’étude de l’équipe toulousaine est quant à elle un peu plus précise. D’après ses conclusions, une fois guéries, les personnes atteintes par le virus seraient protégées pendant au moins 167 jours.

A l’origine, les travaux ont été lancés pour mesurer la prévalence de la Covid-19 chez les soignants des hôpitaux de Toulouse. Des tests sérologiques ont donc été pratiqués sur 8 758 hospitaliers entre le 10 juin et le 10 juillet 2020.

Seuls 3 % des soignants testés présentaient des traces d’infection

« Nous voulions obtenir une photo en sortie de premier confinement sur une population censée avoir été exposée plus fortement au coronavirus que la population confinée », explique à La Dépêche du Midi Chloé Dimeglio, biostatisticienne dans le laboratoire de virologie du CHU de Toulouse. 

Premier constat : seuls 3 % des soignants testés avaient un marqueur sérologique d’une atteinte au SARS-CoV-2. Seuls 276 sur 8 758 ont donc été infectés par le virus pendant la période. Et parmi eux, au moins « 95 % (…) étaient (porteurs) d’anticorps neutralisants, mais avec des différences de concentration d’une personne à l’autre », précise Chloé Dimeglio.

https://twitter.com/CHUdeToulouse/status/1354838052619902976?s=20

Fin novembre, soit 167 jours plus tard (6 mois), ces soignants ont à nouveau été prélevés. Pour 96,7 % d’entre eux, le taux d’anticorps neutralisants était soit stable, soit à la hausse. Mais parmi ces 276 soignants, cinq ont toutefois une nouvelle fois été testés positif.

Ce qui signifie qu’au final, le taux de protection liée à l’immunité naturelle serait de 84,8 %, explique l’étude. Une immunité qui reste donc inférieure à celle induite par les vaccins (95 % pour les Pfizer et Moderna à ARN messager).

En savoir plus :

1 COMMENTAIRE

  1. Si l’immunité vaccinale est supérieure à l’immunité naturelle, laquelle dure 6 mois d’après cette étude, pourquoi alors revacciner après 4 mois si ce n’est pour des motifs autres que sanitaires ?
    On n’arrête pas de nous seriner que l’immunité baisse et qu’il faut se refaire vacciner. Là, on trouve des anticorps en hausse ! Et on ne sait pas s’ils s’agit uniquement des testés positifs ou pas.
    Quant à la protection de 95% apportée par les vaccins Pfizer et Moderna, c’est uniquement du marketing. La preuve ? Le nombre de cas positifs après 1, 2 ou même 3 injections.
    Bref, une info dont on ne sait trop que faire dès que l’on creuse un peu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici