La Cnil pose ses conditions pour l’envoi des listes de patients non vaccinés

13
11720
liste patient non vacciné
La Cnil pose ses conditions pour l'envoie de liste de personnes non vaccinées © Adobe Stock

Le projet prévu par le gouvernement et réclamé par les médecins faisait mouche auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil). Pourtant mercredi 7 juillet, cette dernière donne un avis favorable pour que le gouvernement fournisse aux médecins traitants la liste des patients non vaccinés contre la COVID-19. Les médecins pourront ainsi les contacter. Mais attention, la Cnil impose certaines conditions telles que la protection de la vie privée des personnes concernées. 

Une situation sanitaire exceptionnelle 

« La Cnil, en principe défavorable à une telle pratique, considère que la situation sanitaire exceptionnelle peut la justifier », justifie la Cnil dans son communiqué du 7 juillet. C’est le ministre de la santé, Olivier Véran qui avait réclamé cet avis. Mais fournir cette liste de patients non vaccinés ne pourra se faire que si le médecin en fait la demande. Elle devra ensuite être supprimée « dès la fin de l’action de sensibilisation ». En effet, le but doit rester « d’informer et de sensibiliser, et non d’essayer de convaincre ».

À lire aussi : Les médecins libéraux réclament un accès à la liste des patients non vaccinés contre la Covid-19

Renforcer le partenariat avec les pharmaciens

Ainsi, le contact sera facilité avec les patients les plus à risques, par exemples diabétiques ou hypertendus. « Nous allons aussi renforcer le partenariat avec les pharmaciens, qui sont un vrai relais », confie Thomas Fâtome, le directeur général de la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam), dans Les Echos. La Cnil demande également à ce que le patient soit contacté, soit par la Cnam, soit par le médecin et non pas par les deux. L’Assurance maladie n’interviendrait que lorsque les patients n’ont pas de médecin traitant. 

À lire aussi : Variant Delta : quels pays se reconfinent ?

Mener plutôt « une vraie campagne de santé publique »

Si ce listing devrait simplifier la vie des médecins, pour Jérôme Marty, président du syndicat UFML, d’autres solutions existent pour accélérer la première injection, dit-il sur France Info. Il précise avant tout que les médecins n’auront pas le temps d’appeler tous les patients et qu’ils sont nombreux à travailler sans secrétaire. Il préconise donc de mettre en place « d’autres mesures ». Il souhaite que les médecins soient aisés pour mener « une vraie campagne de santé publique pour expliquer aux gens ce qu’est un vaccin à ARN, pourquoi ce n’est pas une thérapie génique, pourquoi ça ne représente pas un danger ». 

En savoir plus :

 

13 Commentaires

  1. Fichage scandaleux, digne des pratiques d’ostracismes des dictatures sous le couvert fallacieux de protection de la population. Une honte de plus qui entache la République française.

    • J approuve cette initiative
      Nous devons en finir avec le Covid

      On nous annonce le variant inversé et il est urgent de nous proteger
      Que proposez-vous vous comme alternative
      Être contre n est pas une solution
      À ce jour c’est le vaccin qui va nous sauver

    • C’est à cause de personnes comme vous qu’on a du mal à sortir de la crise sanitaire.
      Que préférez vous, être de nouveau confiné ou bien vous faire vacciner ?
      Soyez logique avec vous même, à bon entendeur …

      • Vous avez peur, c’est normal. Le virus est potentiellement dangereux
        Mais ce que l’on oublie de dire, c’est que les pseudos vaccins le sont tout autant. Surtout sans le recul nécessaire.(Produits expérimentaux testés jusqu’en 2023!) Et vous n’aurez jamais la liste de dégâts collatéraux…Si les gens devenaient raisonnables, s’ils maintenaient leur système immunitaire en bon état. S’ils continuaient à se protéger avec les masques, évitaient de s’embrasser, fuyaient les grands rassemblements inutiles, se nettoyaient les mains après avoir fait leurs courses. Bref tout ce qu’il est logique de faire en période de pandémie, on n’en arriverait peut-être pas cette extrémité. Personnellement, je refuse de servir de cobaye consentant. Nous ne sommes pas un troupeau de bétail que l’on pique sans lui demander son avis! Éviter la saturation des services de réanimation est un des buts de l’administration. Relancer l’économie et la consommation en est un autre. Quant à enrichir les laboratoires pharmaceutiques qui font le forcing auprès des gouvernements, ça c’est fait… A vous de voir!

        • et vous croyez qu’on va vivre avec des masques plus aller en concert en discotheque et plus s’embrasser toute notre vie totalement stupide ce que vous dite vous ne me ferez pas prendre un masque on a un vaccin il est là pour ça pour reprendre notre vie sociale vaccinons nous et tous ce sera fini et qui sait peut être ce virus disparaitra de lui même

  2. J approuve cette initiative
    Nous devons en finir avec le Covid

    On nous annonce le variant inversé et il est urgent de nous proteger
    Que proposez-vous vous comme alternative
    Être contre n est pas une solution
    À ce jour c’est le vaccin qui va nous sauver

  3. Le vaccin est pour l’instant la seule solution pour sortir de cette crise mais on en est loin car on parle d’une éventuelle 3ème injection si les anticorps ne sont pas suffisamment nombreux sans oublier le gros pourcentage de personnes ne voulant pas se faire vacciner ainsi que les pays comme le Brésil, l’Inde ou l’Afrique où le taux de vaccination est très faible par rapport à la population

  4. Ce sont les personnes vaccinées qui vont favoriser la circulation du variant avant les autres celles ci développeront une immunité naturelle et permettront que s’éteigne naturellement la pandémie comme cela s’est passé d’autres fois.

  5. Je suis entièrement d’accord avec Paul !
    Obligation, obligation….Je dénonce aussi ( avant même Macron ) les fermetures d’hôpitaux, puis en 2019 , le manque de lits, le manque de masques, le manque de gants, , maintenant, le manque de vaccins…C’est lamentable.
    Le manque de recherches de traitements ( sûrement moins intéressants que les vaccins pour le business des laboratoires………….)
    Oui, les chiens, on en a entendu parler mais pas longtemps….
    A l’avenir, va-t’on devenir des « bêtes à vaccins », si d’autres virus apparaissent et en nécessitent de nouveaux ? il vaudrait mieux devenir résistants plutôt que multiplier les vaccins qui ne pourront que diminuer notre immunité naturelle…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici