Les perturbateurs endocriniens impliqués dans les formes graves de Covid-19 ?

5
2077
Forme grave covid PE

Selon une étude de l’Inserm, publiée dans la revue Environment International, l’exposition aux perturbateurs endocriniens (PE) pourrait avoir une influence sur la sévérité de certains cas de Covid-19. Les chercheurs sous-entendent qu’il existerait donc un lien entre la gravité de la pandémie et la détérioration de notre environnement par les produits chimiques.

Des polluants qui favorisent les facteurs de risque

La littérature scientifique a identifié les facteurs de risques aux formes sévères de Covid-19. Il s’agit de l’âge, du sexe, et de la préexistence de maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou certaines maladies cardiaques. Or, ces pathologies sont toutes associées à l’exposition aux PE, ces substances qui impactent notre système endocrinien.

Approche bio-informatique

Pour mieux comprendre les relations entre les perturbateurs endocriniens et l’augmentation du risque de Covid-19 sévère, les chercheurs ont utilisé une approche bio-informatique.

« Ils ont pour cela identifié les voies biologiques qui étaient associées à la fois aux modes d’action des PE et, en parallèle, aux maladies chroniques favorisant la sévérité de la Covid-19 », explique l’Inserm dans un communiqué. Les scientifiques ont alors pu repérer des voies communes impliquées dans la défense de l’organisme vis à vis de ces pathogènes (la réponse immunitaire).

Cibles possibles pour des thérapies futures

« Notre nouvelle étude révèle que l’exposition à des produits chimiques qui dérèglent le système endocrinien pourraient interférer avec différents signaux biologiques du corps humain jouant un rôle important dans la sévérité de la Covid-19 », résume Karine Audouze, principale auteur de l’étude. D’après les chercheurs, les mesures de prévention contre le Sars-CoV2 devraient être renforcées autour des populations fortement exposées aux PE. En outre, « les protéines clés des voies biologiques qui sont à la fois ciblées par les PE et liées à la gravité de la Covid-19, peuvent représenter des cibles possibles pour les thérapies futures », ajoutent-ils.

5 Commentaires

  1. si j’ai bien compris nous les vieux qui comme moi a du diabète du cholestérol hyper tension de la goutte sujets a risque comme ils disent donc condamnes on va nous vaccine d’office ce qui veut dire euthanasier aucun moyen de défense a ce qu’il parait on va nous inoculer le virus même a faible dose notre organisme ne pouvant pas se défendre donc nous sommes morts plus de retraite beaucoup de lits de libres dans les hôpitaux la vie est belle quoi!!

  2. La chance est dans le résonnement logique !
    Moi j’attend pour voir les effets secondaires la durée d’ immunité
    Car personne ne peut affirmer son efficacité à 100% , même pas les laboratoires qui ont fait des essais
    beaucoup trop cour. Course au Jackpot ! ! !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici