Qu’est-ce que le tocilizumab, le traitement contre la Covid-19 recommandé par l’OMS ?

3
15187
L'OMS donne un avis favorable au tocilizumab

Selon une étude publiée mardi 6 juillet, cet anti-inflammatoire réduirait la mortalité des malades du Covid-19. Les résultats, encourageants, portent sur 11 000 patients. C’est pourquoi l’OMS recommande son usage. 

Première étude à si grande échelle

Ce médicament est administré par intraveineuse. Il présentait néanmoins jusque-là des résultats nuancés. Mais l’étude publiée dans la revue scientifique JAMA a été menée à plus grande échelle : elle compile les résultats de 27 essais cliniques dans 28 pays. Première étude sur le tocilizumab réalisée à si grande échelle, pour son auteur Manu Shankar-Hari, professeur au King’s College de Londres, c’est un « élément de preuve définitif ».

À lire aussi : Pourquoi la deuxième dose provoque-t-elle plus d’effets secondaires ?

Le risque de décès a diminué

Ce traitement est à l’origine utilisée dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Mais chez les patients hospitalisés pour des formes graves Covid-19 et qui ont reçu du tocilizumab en plus corticoïdes, le risque de décès a diminué de 17 %, par rapport à l’usage de Corticoïde seuls. Ces derniers, tout comme la dexaméthasone, ont également des effets anti-inflammatoires. Ils ont été le premier traitement à prouver réduire la mortalité due au Covid-19. 

À lire aussi : Une 4ème vague de Covid-19 possible dès fin juillet

Une solution pour réduire les inégalités entre pays concernant le vaccin

« La science a fait son travail, nous devons maintenant tourner notre attention vers les questions d’accès » déclare Janet Diaz, responsable de l’OMS dans un communiqué. Si on tient compte des inégalités mondiales concernant le vaccin, “ce sont eux que les médicaments doivent atteindre”, reprend Janet Diaz. Commercialisé sous le nom d’Actemra ou RoActemra, le risque de devoir avoir recours à un respirateur artificiel est également largement réduit. Ce qui pourrait désengorger les hôpitaux en cas de nouvelle grosse crise. 

En savoir plus :

3 Commentaires

  1. La phrase d’ouverture de votre article indique que le tocilizumab est un anti-inflammatoire, ce qui est incorrect. Il s’agit en fait d’un anticorps monoclonal (monoclonal anti-body, comme l’indique la finale « mab » de son nom), de la classe des immunomodulateurs, sous-classe des immunosuppresseurs (inhibiteurs d’interleukine), ainsi que l’indique le Vidal.
    L’hydroxychloroquine et l’ivermectine (qui ne sont pas des anticorps monoclonaux) ont aussi des propriétés immunomodulatrices, raison pour laquelle ils sont utilisés dans certains pays pour traiter la CoViD19. Comme le tocilizumab, l’hydroxychloroquine est notamment utilisée dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, précisément en raison de ses propriétés immunomodulatrices. A noter que le tocilizumab peut toutefois provoquer de graves lésions du foie, d’où une utilisation très restreinte.

  2. Merci pour l’info. Vous faites bien de donner des précisions qu’il faudrait divulguer au grand public ! Il faut dire que ces traitements ne rapportent guère aux laboratoires amis de macron !!!

  3. en réponse à BEDNARZ. L’hydroxychloroquine n’est pas chère du tout , contrairement au tocilizumab dont le traitement coûte plus de 800 euros ! encore un scandale !!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici