Vaccin Covid-19 : Quels sont les risques de réaction allergique ?

9
23704
Vaccin Covid-19 : Quels sont les risques de réaction allergique ?

Quatre cas de réaction allergique sévère ont été signalés en France depuis le début de la vaccination contre la Covid-19 . Un pourcentage proche de celui des autres vaccins. Les risques de réaction allergique sont donc rares et concernent seulement les personnes allergiques à deux substances présentes dans ces vaccins.

Comment se manifeste l’allergie au vaccin ?

Réactions cutanées (rougeurs), œdèmes, maux de tête ou chute de tension. La manifestation allergique la plus sévère est le choc anaphylactique. Les vaccins ARN messager exposent à des effets secondaires simples à sévères. Un niveau comparable au risque d’allergie des autres vaccins et médicaments soit 1 cas sur 100.000 environ. Jusqu’à présent, aucun décès n’est à déplorer suite à l’injection de l’un des vaccins contre la Covid-19, que ce soit en France comme à l’étranger.

Si, en France, 30 % de la population est allergique, très peu de personnes développent une réaction aux vaccins. Car seules deux substances sont allergisantes. Ils s’agit du polyéthylène glycol (ou Peg) et le polysorbate.

Quels vaccins contiennent les substances allergènes ?

D’un côté, le Peg est présent dans les vaccins de Pfizer et de Moderna. D’un autre côté, le polysorbate fait partie de la composition de l’Astrazeneca. Ce dernier, qui est déjà autorisé au Royaume-Uni, n’est pas encore délivré en France car il attend le feu vert des autorités européennes.  Ce qui implique que toutes les personnes allergiques au Peg ne peuvent pas , aujourd’hui, se faire vacciner.

La Fédération française d’allergologie, assaillie de questions, a mis en ligne une foire aux questions. Elle y rappelle que toutes les personnes allergiques à un autre allergène peuvent se faire vacciner. En cas de doute, elles sont invitées à prendre rendez-vous avec leur médecin traitant. Le praticien pourra informer des effets secondaires de la vaccination et rassurer. Une allergie aux acariens, à l’arachide ou aux pollens de bouleau n’est pas un facteur à risque dans le cas de la vaccination contre la Covid-19.

9 Commentaires

  1. CHEGUT. Complètement d’accord avec vous.
    Très étonné qu’il n’y ait pas plus de réactions concernant cet article. Dire qu’il n’y a eu aucun mort à cause des injections en France et dans le monde semble relever du mensonge. Dans quel but?

  2. Dans un but Commercial tout ça est une histoire de gros sous mais l’efficacité n’est pas prouve, on reste contagieux après le vaccin alors pour moi c’est non pour toujours sauf si il y à un vaccin vraiment efficace

  3. le nombre de morts importe peu, cela permet de justifier une campagne de vaccination massive, afin d’honorer les marchés passé avec les labos,les morts font partis des dégâts collatéraux, sans compter les risques de mutation génétique avec les maladies induites qui seront détectés dans quelques années, mais le profit est immédiat.

  4. Aucun mort à ce jour en France à cause des vaccins.
    Pour la Norvège RIEN ne prouve que c’est des suites du vaccin.
    Pour Israël, vous ne savez rien, alors comme disait Coluche, « si on ne sait rien, on ferme sa gueule ».
    En conclusion, sur les millions de personnes vaccinées dans le monde entier avec les deux vaccins que nous utilisons, pas de mort directement liée au vaccin, c’est cela la vérité.
    Alors, CHEGUT et MICKEY93, vous devriez avoir l’honnêteté de comparer même vos chiffres « faux » ou pire « détournés », au nombre de morts que le covid19 a fait depuis le début de cette pandémie!!!
    Si vous ne voulez pas vous faire vacciner, ne venez polluer les sites de vos commentaires idiots!!!

  5. Bravo Nouh
    Complètement d’accord
    Ceux qui ne veulent pas se faire vacciner qu’ils restent chez eux et ne nous contaminent pas.
    Il faut que ces intelligents restent entre eux et nous, pauvres imbéciles, entre nous.
    Comme on dit, chacun chez soi et les vaches seront …

  6. Repose Que ceux qui veulent se faire vacciner le fassent mais qu’ils arrêtent de nous vanter les bien fait d’un vaccin auquel ont as aucun recul
    aucune certitude sur les conséquences d’ici 3 ou4 ans
    Car les effets indésirables ne se déclarent jamais dans l’année en cours
    Repose Que ceux qui veulent se faire vacciner le fassent mais qu’ils arrêtent de nous vanter les bien fait d’un vaccin auquel ont as aucun recul
    aucune certitude sur les conséquences d’ici 3 ou4 ans
    Car les effets indésirables ne se déclarent jamais dans l’année en cous

    Découvert en 1981, le vaccin contre l’hépatite B a été inscrit au calendrier vaccinal français en 1994. A partir de 1997,
    Un risque accru de démyélinisation après administration du vaccin anti-hépatite B qui agirait comme un déclencheur chez les sujets prédisposés à la sclérose; Un lien véritable de causalité entre la vaccination anti-hépatite B et la sclérose en plaques ou d’autres maladies démyélinisantes
    De 1994 à 1997, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a reçu un nombre plus élevé de signalements d’effets indésirables concernant le vaccin contre l’hépatite B. Ces rapports concernaient un lien temporel entre le vaccin et des atteintes démyélinisantes centrales, principalement des cas de sclérose en plaques, mais aussi de maladies auto-immunes comme l’arthrite rhumatoïde ou le lupus1. Dès 1997, plusieurs plaintes ont été déposées. Une association de victimes du vaccin contre l’hépatite B, le Réseau vaccin hépatite B (REVAHB), estime qu’en tout, 2 600 personnes ont subi un effet secondaire post-vaccinal grave et devraient recevoir des indemnités2.

  7. Comment pouvez vous affirmer vos dires ? Étiez vous présent lors des autopsies. Quelle est votre source d’information ? C’est peut être vous qui racontez des mensonges.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici