Vaccination : le délai entre les deux doses raccourcit

1
8865
Vaccination : le délai entre les deux doses raccourcit
Le délai entre les deux injections de vaccin à ARN Messager passe à 3 semaines. © Adobe Stock

Le délai entre les deux doses de vaccin à ARN messager est considérablement réduit. Désormais, seules 3 semaines séparent la première de la deuxième injection pur Pfizer et Moderna. On vous explique pourquoi.

Vaccination tout azimut

C’est le crédo du gouvernement : vacciner avant les regroupements de l’été. Vacciner pour éviter un nouveau rebond épidémique. Vacciner petits et grands et en raccourcissant le délai entre les deux doses. Seuls 21 jours sont désormais préconisés entre les deux injections des vaccins à ARN Messager, Pfizer et Moderna.  Le gouvernement veut «aller le plus vite possible dans les primo-injections» et de «ne pas freiner l’accès à la première dose à cause des vacances».

A lire aussi : Pourquoi le vaccin anti-Covid ne fonctionne pas sur tous les patients?

Combien de Français pourront-être vaccinés ?

Le ministère espère un maximum de Français vaccinés en allant «le plus loin possible» dans le pourcentage de population protégée. «En janvier, on avait seulement 50 % des Français qui avaient l’intention de se faire vacciner, avec des craintes portant surtout sur les vaccins à ARN messager, le Pfizer au premier chef (…). Aujourd’hui, 80 % des Français veulent se faire vacciner, ce qui fait de la France l’un des pays au top dans les classements», a souligné Olivier Véran lors d’une intervention à l’Assemblée Nationale.

A lire aussi : Covid-19: où récupérer son attestation vaccinale ?

Quelles doses sont encore livrées en France ?

23 millions de doses de vaccins, essentiellement Pfizer et Moderna, sont livrées courant juin selon les chiffres communiqués par le ministère de l’Economie. Autant de doses seront livrées en juillet et «au moins autant en août».

A lire aussi : Covid-19 : une immunité durable développée par les personnes infectées

Faut-il craindre le variant Delta (indien) ?

Le variant Delta est aujourd’hui majoritaire (88%) au Royaume-Uni qui affronte une nouvelle vague épidémique. Il reste minoritaire en France avec 2 à 4 % des cas, a assuré Olivier Véran. Excepté le cluster dans les Landes où ce variant représente 30 % des contaminations «Nous allons renforcer les actions de prévention et de surveillance des variants», a annoncé Jean Castex à l’issue du Conseil des ministres mercredi 16 juin. En ajoutant que les « vaccins sont très efficaces » contre ce variant, notamment ceux à ARM Messager.

En savoir plus :

Article précédentDéconfinement : fin du couvre-feu et du masque à l’extérieur
Article suivantLe coronavirus était présent aux États-Unis dès décembre 2019

1 COMMENTAIRE

  1. le délai raccourci c’est mieux (c’est le délai qui est raccourci) 😉 les traitements de texte ont encore du mal avec les subtilités de notre langue ! 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici