Variant britannique : situation virale «inquiétante» à Marseille

14
7741
Variant britannique : situation virale « inquiétante » à Marseille

Dimanche, le maire de la ville, Benoît Payan, jugeait la situation virale « inquiétante » dans sa ville. En effet, un cluster du variant britannique de la Covid-19 a été détecté à Marseille. Ce variant est bien plus contagieux que le virus classique. 45 cas contacts ont été recensés samedi dans la cité phocéenne par l’Agenre régionale de Santé.

L’aide du séquençage

Autour du premier cas infecté par le variant britannique du Sars-CoV-2, 45 cas contacts ont été identifiés. Un cluster qui inquiète les autorités sanitaires et les politiques locaux. Sur ces 45 personnes, 23 sont positives à la Covid-19 . Grâce au séquençage, les médecins ont identifié huit cas positifs au variant britanniques.  Un chiffre que nuançait encore l’Agence régionale de santé (ARS) lundi 11 janvier.

En effet, six cas relèvent bien de la mutation «à 100%». Pour les deux derniers, les résultats n’étaient «pas totalement clairs». Ils vont être de nouveau testés pour des résultats au cours de la journée du 12 janvier. Dans son communiqué de presse publié samedi 9 janvier dernier, l’ARS explique poursuivre ses investigations, afin de trouver d’autres éventuels cas contacts et de les inviter à se faire dépister.

A lire aussi. Covid-19 : au Royaume-Uni, une nouvelle souche se propage rapidement.

Cluster familial pendant les fêtes

Le patient zéro a été testé positif à la suite d’un test RT-PCR réalisé le 31 décembre. ce patient fait partie d’une famille française de cinq personnes, vivant au Royaume-Uni. Il venait passer les fêtes de fin d’année en France, a dévoilé l’ARS de Paca. L’une des personnes positives au variant britannique fait partie du cercle familial du patient zéro. Cette personne, comme tous ses cas contacts, sont en isolement précise l’ARS de Paca. Le maire de Marseille souhaite mener une «grande campagne de vaccination, dès que le gouvernement nous fournira les vaccins ».

A lire aussi. Covid-19 : les deux variants du coronavirus inquiètent.

« Empêcher la diffusion de ce variant »

Olivier Véran, ministre de la Santé.

«Nous mettons tout en œuvre pour empêcher la diffusion de ce variant», a tenté de rassurer le ministre de la santé, Olivier Véran, dimanche 10 janvier au micro d’Europe 1. «Je ne veux pas que nous vivions» la même situation «catastrophique» qu’en Angleterre et en Ecosse.  Une parole louable. Car le variant, lui, est très contagieux. L’ARS des Hauts-de-France vient de communiquer que 2 cas du variant britannique ont été dépistés à Lille.

A lire aussi. Emmanuel Macron appelle à « redoubler de vigilance » après la mutation du coronavirus

Article précédentLes cigarettes électroniques pourraient déclencher une inflammation de l’intestin
Article suivantCovid-19 : des symptômes durables pour 3 patients sur 4 hospitalisés

14 Commentaires

  1. quand on pense que lorsque le gouvernement avait décidé de confiner la population, les mouvements d’opposition critiquaient alors cette décision. En pleine crise sanitaire, des syndicats osaient appeler à manifester pour cette limite à nos liberté. Y a pas encore longtemps, beaucoup demandaient encore la réouverture des lieux de culture et des restaurants pour bien diffuser sans doute le virus!
    Et voila maintenant les socialistes et les écologistes qui demandent la vaccination à grande échelle, alors qu’en sous main beaucoup critiquaient ces dits vaccins!
    La limite de la vaccination est due à la limite de production, et on ne monte pas une chaîne de production en quelques jours. Si autant de vaccins sont actuellement disponibles, c’est justement parce que les états ont fait des pré-commandes, et donc les industriels ont pu investir en amont pour produire les vaccins une fois approuvés. Il faut voir que la production augmente mais que 7 milliards de personnes sont potentiellement intéressés, pas uniquement les élus qui brassent de l’air

    • Et alors, le confinement sert il à quelque chose? 2ème confinement le 31 octobre 2020
      Les indicateurs épidémiques(taux d’incidence, taux de positivité..), étaient en baisse à partir du 29 octobre, en réalité à partir du 21 ou 22 octobre si l’on tient compte du temps de résultat des tests PCR et du temps d’incubation. Pour freiner un virus qui vient d’un autre pays, il faut juste fermer les frontières et mettre en quarantaines les voyageurs qui arrivent à gare du Nord ou ceux arrivent par avion de la GB. A gare du Nord, c’est open bar comme à CDG. Aucun contrôle au retour de Dubaï pendant les fêtes.

      • Puis ce que tout ce beau peuple se dit responsable .
        Et se sent opprimé et infantilisé.
        Le gouvernement n’aurait pas dû faire de restrictions .
        Simplement prodiguer des conseils nous aurions actuellement besoin de moins de vaccin !!!!!!
        La bêtise aurait fait du tri .

        • Le gouvernement aurait dû simplement tester, identifier les contacts dans l’entourage, isoler les positifs (1 à 2 semaines suffisent pour ceux qui n’ont pas besoin d’être hospitalisés) et essayer de les soigner avant qu’ils arrivent en réanimation.
          Plan de lutte contre une pandémie… 2005

    • Les vaccins sont en production mais ne sont pas approuvés, ils sont autorisés.
      Dans le contexte de la pandémie et de l’urgence de santé publique, ils bénéficient d’une AMM conditionnelle qui autorise des médicaments qui répondent à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponibles.

      De plus les trois vaccins disponibles sont basés sur la protéine Spike et les mutations apparues au R-U sont spécifiquent sur les gènes de cette protéine… Ce qui pourrait mettre en cause leur efficacité contre la souche ‘anglaise’.

  2. il y a un truc que ne comprends pas , c’est pourquoi Jacques Attali a dit il y a quelques années que pour la gouvernance mondiale , rien de tel qu’une pandémie , comment le savais t’il ?

  3. c’est simple : avant il y avait les guerres pour réguler la population
    Donc il avait raison ,une bonne pandémie et le tour est joué
    Nous sommes beaucoup trop nombreux il faut faire du vide

    • Tout à fait raison. La terre ne peux plus supporter ces peuples de plus en plus nombreux. D’autre part l’individualisme de tres nombreuse personnes et le fait que plus de gens ne respectent plus rien. Il faut éliminer en commençant par les plus c°°°. Et je vous rassure si je dois mourir ( 74 ans) je ne serait pas assez prétentieux pour me sentir indispensable.

  4. Je suis d’accord avec vous, j’ai 74 ans également. Je n’ai pas connu la guerre, je fais parti du baby boum, mais à ce que m’en ont raconté mes parents à maintes reprises, mon père a été 5 ans prisonnier en Allemagne et ma mère dans un dépôt de pavés à Paris réquisitionné par les Allemands et avec les alertes et bombes qui tombaient. Quand Macron dit que nous sommes en guerre, j’y trouve une similitude puisque nous y risquons notre vie !!! Alors soyons raisonnables respectons les consignes le plus possible ! Tout comme la guerre cela finira bien par se terminer, essayons d’être encore vivants et en bonne santé.

  5. je suis né en1938 donc un enfant de la guerre
    J’ai fait la guerre d’Algérie et Je suis encore là
    peut-être pas pour longtemps, mais je ne tiens pas à ce qu’ils me supprime
    Quand Macron parle de guerre , il est un peu jeune ,il n’a même pas fait de service militaire comme pour tout le reste il parle sans savoir !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici