COVID-19 : les laboratoires pris d’assaut

0
233
covid-19 laboratoires pris d'assaut
Prasesh Shiwakoti-Unsplash

Les laboratoires sont débordés par les demandes de tests Covid-19 avec la hausse des cas de Coronavirus en France. Les biologistes réclament aux autorités sanitaires de définir des priorités parmi les personnes testées et plus de moyens. Les laboratoires sont en effet pris d’assaut depuis que le dépistage est possible sans ordonnance.

900 000 tests sont réalisés chaque semaine en France. Au prix de l’épuisement du personnel des laboratoires. Les Français ont pris d’assaut les structures d’analyses médicales pour obtenir un test PCR (naso-pharyngé) du Covid-19. Celui-ci est accessible gratuitement et sans ordonnance depuis mi-juillet, que l’on éprouve des symptômes, ou non. Les médecins biologistes ont demandé au ministère de la Santé d’établir des priorités pour les dépistages. Un mois après l’accès aux tests sans condition, le ministère de la Santé a finalement publié une liste des cas prioritaires le 1er septembre :

  • personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 ;
  • personne qui fut en contact avec un malade ;
  • personne vulnérable (immunodéprimée par exemple) ;
  • résident et professionnel au sein des structures d’hébergement collectif (EHPAD, établissements médico-sociaux, établissement pénitentiaires, etc.),
  • voyageur en prévision et au retour d’un voyage en Outre-mer ou à l’étranger.

Des vigiles à  l’entrée de certains laboratoires

Sur la papier, tout semble clair pour donner la priorité à ces personnes. Sur le terrain, la réalité est tout autre. Comment, effectivement, contrôler qu’une personne présente bien les symptômes ou non, qu’elle a été en contact avec un malade ? Certains laboratoires de grandes métropoles ont dû engager un vigile pour ramener un peu de sérénité dans la file d’attente ! Pour aider les biologistes à effectuer les prélèvements, le gouvernement a autorisé par décret, le 22 juillet dernier, les techniciens, aides-soignants, secouristes et les étudiants en santé à effectuer les prélèvements. Quant au manque de matériel, les laboratoires essayent de palier au jour le jour leurs besoins en masques, gants, surblouses ou en réactifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici