Glaucome : Les signes à ne pas négliger

0
Glaucome : Les signes à ne pas négliger

Dans nos sociétés modernes, où la vie trépidante nous éloigne parfois des fondamentaux, notre vue est un de nos trésors les plus précieux. Pourtant, un ennemi silencieux menace cette précieuse ressource : le glaucome. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Quand la pression monte à l’intérieur de l’œil

Le glaucome est une maladie de l’œil qui survient lorsque la pression à l’intérieur de l’œil augmente. Cette pression excessive est due à un défaut d’évacuation du liquide intra-oculaire, qui nourrit la cornée et le cristallin. Imaginez un système d’irrigation qui s’obstrue, avec à la clé, un risque d’usure de la tête du nerf optique. Cette situation peut entraîner une altération définitive de la vue.

Deux formes majeures à connaître

Deux grandes catégories de glaucome dominent la scène. Le glaucome chronique à angle ouvert se développe lentement et est lié à une perte de perméabilité d’une sorte de filtre naturel dans l’œil, le trabéculum. De l’autre côté, le glaucome aigu par fermeture d’angle apparaît rapidement, rendant l’accès au trabéculum difficile. Ce dernier est particulièrement vicieux et doit être traité comme une urgence ophtalmique.

Découvrez aussi :  Sclérose en plaques : ces signes inaperçus à ne pas négliger

Les symptômes d’un glaucome

Glaucome chronique à angle ouvert :

    • Souvent asymptomatique.
    • Lorsque les symptômes apparaissent, le champ visuel est altéré. Cela commence par une diminution périphérique, puis évolue vers une atteinte plus centrale.

Lorsque les troubles visuels se manifestent, les dégâts au nerf optique sont irréversibles.

Glaucomes aigus à angle fermé :

    • Apparition brutale des symptômes.
    • Crises douloureuses, souvent nocturnes.
    • Photophobie (sensibilité à la lumière).
    • Perte d’acuité visuelle.
    • Possibilité de nausées et vomissements.

Ce type de glaucome est considéré comme une urgence ophtalmologique.

Glaucome congénital :

    • Larmoiements chez le nourrisson.
    • Photophobie.
    • Blépharospasme, qui se traduit par une contraction incontrôlée des muscles des paupières.

Êtes-vous à risque ?

La prédisposition génétique, une myopie importante, l’hypertension, le diabète, et même l’apnée du sommeil peuvent augmenter le risque de développer un glaucome. Et si vous avez plus de 70 ans, sachez qu’une personne sur sept est touchée par cette maladie.

Aucun article à afficher

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

Articles Similaires